Faits divers – Justice

Policiers municipaux armés à Châtellerault : "démagogique" pour la LDH

Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou lundi 18 janvier 2016 à 17:56

40% des polices municipales de France seraient armées.
40% des polices municipales de France seraient armées. © Radio France - Maxppp

Jean-Pierre Abelin, le maire de Châtellerault (Vienne), a annoncé vendredi dernier son intention d'armer ses policiers municipaux. Alors que les Châtelleraudais sont partagés sur la question, la Ligue des Droits de l'Homme (86) elle dénonce "une mesure démagogique".

 Lors de sa cérémonie de vœux vendredi dernier, Jean-Pierre Abelin, le maire de Châtellerault, a déclaré vouloir armer les sept policiers municipaux. Proposée par François Hollande cinq jours après les attentats à Paris, cette mesure est déjà effective dans plusieurs villes de France mais ce serait une première dans la Vienne. " Depuis le mois de janvier, on se rend compte que ces agents sont aussi des cibles ", explique Jean-Pierre Abelin : 

"Il faut protéger les policiers municipaux"

Jean-Pierre Abelin, maire de Châtellerault

A l'inverse, Philippe Pineau, président de la section châtelleraudaise de la [Ligue des Droits de l'Homme](http://Philippe Pineau, président de la section châtelleraudaise de la Ligue des Droits de l) et membre du comité central de la LDH dénonce "une mesure démagogique" :

_"C'est une mauvaise idée, c'est démagogique parc_e que ça entretient un climat de peur, ce n'est pas une mesure propre à créer du lien social ",  

Les habitants de Châtellerault rencontrés par France Bleu Poitou se montrent eux partagés face à cette décision de la mairie. 

Policiers municipaux armés, réaction des Châtelleraudais

Le 18 novembre 2015, lors d'un rassemblement de maires de France, François Hollande avait annoncé vouloir aider les élus à armer leur police municipale, avec " des armes qui seront prélevées sur les stocks de la police nationale "

Le président de la République avait salué le rôle joué par la police municipale "complémentaire de celui de la police nationale et de la gendarmerie ". " Je les sais exposées également au risque et je n'oublie pas la mort de Clarissa Jean-Philippe ", la policière municipale assassinée le 8 janvier à Montrouge (Haut-de-Seine).