Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pollution de la Seiche : des peines d'amende requises contre Lactalis et SPX Flow Technology

mardi 5 mars 2019 à 21:31 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Mayenne et France Bleu

Poursuivies pour avoir provoqué la mort de milliers de poissons en polluant la rivière la Seiche en août 2017, l'usine Lactalis de Retiers (Ille-et-Vilaine) et la société SPX étaient jugées mardi à Rennes. Des amendes de 50.000 à 250.000 euros ont été requises contre les deux entreprises.

Trois tonnes de poissons ont été découverts morts dans la Seiche en août 2017
Trois tonnes de poissons ont été découverts morts dans la Seiche en août 2017 © Radio France - Benjamin Billot

Rennes, France

En août 2017, des milliers de poissons morts sont découverts dans la rivière la Seiche, sur 8kms. L'enquête montre rapidement qu'un rejet de matières organiques en provenance de l'usine laitière de Retiers (appartenant au groupe Lactalis) est à l'origine de cette pollution. Plus de 18 mois après, mardi à Rennes, ils étaient deux sur le banc des prévenus à se rejeter la responsabilité de cette pollution. D'un côté, le directeur de la société laitière de Retiers, de l'autre, le responsable de l'entreprise SPX Flow Technology. 

A l'époque des faits, l'entreprise SPX installe une nouvelle lactoserie dans l'usine de Retiers. Cette lactoserie, c'est une énorme unité de production de lactose en poudre. "Au vu de la taille des tuyaux, on se croirait dans l'industrie pétrolière" explique un enquêteur de la gendarmerie. Dans cette nouvelle lactoserie, les 17 et 18 août 2017, deux incidents techniques se produisent. "Nous sommes encore en phase de démarrage de cette nouvelle unité." Très vite après ces incidents, la station d'épuration dédiée aux usines Lactalis de Retiers déborde dans la Seiche, des milliers de poissons meurent asphyxiés.  

Une pollution sans précédent   

Le préjudice écologique est d'une grande ampleur avec la mort de brochets et d'anguilles, deux espèces protégées. Les débats sont assez techniques à l'audience. Mais pour le procureur de la république, les deux entreprises ont fait preuve de négligence, elle ont beaucoup trop tardé à réagir pour stopper la pollution. La présidente à l'audience interroge le directeur de l'usine de Retiers : "Nous étions en période de sécheresse, était-il possible de décaler cette période de tests de production ? Le responsable de l'usine élude la question. Il est plus prolixe pour expliquer que Lactalis a investi un million d'euros pour rénover la station d'épuration. 

250.000 euros d'amende

Le procureur de la République réclame 250.000 euros d'amende à l'encontre de Lactalis et 50.000 pour l'entreprise SPX Flow technology. Il demande aussi la publication du jugement dans la presse nationale et sur le site internet de Lactalis. Le procureur ajoute  "Quand on est une entreprise comme Lactalis on devrait disposer de techniques et de moyens financiers pour éviter un tel incident". Le jugement sera rendu le 7 mai.