Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol : "Il faut renforcer les contrôles et les rendre plus efficaces" pour la ministre Barbara Pompili

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La ministre la transition écologique Barbara Pompili était à Rouen jeudi 24 septembre. Avec Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, ils ont fait des annonces sur les stockages de matières dangereuses. Elle était notre invitée ce vendredi.

Barbara Pompili le jeudi 24 septembre à Rouen
Barbara Pompili le jeudi 24 septembre à Rouen © Radio France - Thomas Schonheere

Un an après l'incendie de Lubrizol, la ministre de la transition écologique Barbara Pompili et Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur étaient à Rouen jeudi. Au lendemain de leurs annonces sur le stockages de matière dangereuses, Barbara Pompili répondait aux questions de France Bleu Normandie. 

Éviter la contagion

Barbara Pompili affirme que l'Etat a tiré les leçons de ce qu'il s'est passé. "Nous avons vu qu'il y a eu une contagion entre les sites, nous avons mis en place un certain nombre de mesures, l’idée c'est que les stockages soient mieux organisés, davantage séparés. Nous allons maintenant inspecter toutes les installations classées pour éviter les effets dominos". Une distance, une bande de sécurité, de 100 mètres devra être respectée entre les sites. 

La ministre de la transition écologique Barbara Pompili

L'industriel devra mettre à disposition tous les éléments successibles de s'embraser. "Si un incendie advient, nous devons connaître tout ce qu'il y a dans les stocks à ce moment. Si on nous balance des tableaux que nous ne pouvons pas utiliser, cela correspondra pas aux besoins de la population". 

Un contrôle plus strict

"Il faut renforcer les contrôles et les rendre plus efficaces, des contrôles plus ciblés", indique Pompili. Cinquante inspecteurs vont également être recrutés. Ils sont actuellement 1 600. 

Paul Poulain, responsable commercial chez Cyrus Industrie

"Il en faudrait 7 500 de plus pour arriver à 9 000, ce qui serait l'idéal", estime Paul Poulain, responsable commercial chez Cyrus Industrie, bureau d'études en sécurité incendie et dans la maîtrise des risques. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess