Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pont de l'Europe et marché de Noël : Bernard Cazeneuve à Strasbourg

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu
Strasbourg, France

Le ministre de l'intérieur s'est rendu à Strasbourg ce samedi matin. Après le pont de l'Europe, où il a surpervisé les contrôles à la frontière, Bernard Cazeneuve s'est rendu au marché de Noël.

Bernard Cazeneuve sur le Pont de l'Europe à Strasbourg
Bernard Cazeneuve sur le Pont de l'Europe à Strasbourg © Maxppp

Bernard Cazeneuve s'est rendu sur le pont de l'Europe à Strasbourg ce samedi matin. Le ministre de l'intérieur est venu supervisé les contrôles menés par les policiers français et allemand entre Strasbourg et Kehl.

Le ministre de l'intérieur s'est ensuite rendu au marché de Noël de Strasbourg. S'il a décliné les verres de vin chaud, Bernard Cazeneuve a goûté les knacks. Il a félicité les exposants d'être venus en dépit du contexte. Il a aussi salué le travail des 240 CRS, 54 policiers et 42 militaires qui assurent la sécurité du marché.

Reportage. Bernard Cazeneuve au marché de Noël de Strasbourg.

Bernard Cazeneuve répond à Nicolas Sarkozy

Le ministre s'est ensuite rendu en préfecture du Bas-Rhin pour une réunion à huis clos avec les autorités locales. A l'issue, Bernard Cazeneuve a fustigé ceux qui ont taxé le gouvernement d'inaction en matière de lutte contre le terrorisme. Sans jamais le nommer, le ministre a directement répondu aux accusations de Nicolas Sakozy.

"Depuis 2012, nous avons voté 3 textes anti-terroristes, ce sont 75 interdictions de territoire qui ont été prises et 5 déchéances de nationalité. Il n'y en a pas eu dans les quinze années précédentes. Nous avons renforcé les services. A la fin du quinquennat, nous aurons créer 10.000 emplois dans les forces de police et de gendarmerie. Beaucoup de ceux qui engendrent des polémiques sont ceux qui ont contribué à l'affaiblissement de nos forces de sécurité dans un contexte où le danger existait déjà".  

Strasbourg n'est pas une ville comme les autres

Depuis la mise en place de ces contrôles aux frontières, "près de 1.000 personnes ont été empêchées d'entrer sur le territoire national en raison du risque que ces personnes pouvaient représenter pour l'ordre public et la sécurité dans notre pays", a indiqué Bernard Cazeneuve.


Dans le Bas-Rhin, ce sont 157 personnes qui se sont vues refuser l'entrée en France. 19 ont été interpellées. Depuis la mise en place de l'état d'urgence, 32 perquisitions ont été menées dans le Bas-Rhin, 7 armes à feu dont une  arme de guerre ont été saisies. *"_**Strasbourg n'est pas une ville comme les autres*, c'est une ville symbole, une ville européenne, une ville frontière et  nous lui devons une protection particulière_", a ajouté Bernard Cazeneuve.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess