Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Haute-Garonne : effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn

Pont de Mirepoix-sur-Tarn : le parquet de Toulouse ouvre une nouvelle étape dans l'enquête

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le parquet de Toulouse ouvre une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires après l'effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn le 18 novembre dernier en Haute-Garonne. La notion de "violation manifeste" des consignes de sécurité est retenue pour la suite de l'enquête.

Le pont de Mirepoix ne sera pas reconstruit avant au moins trois ans, a dit le maire sur France Bleu Occitanie.
Le pont de Mirepoix ne sera pas reconstruit avant au moins trois ans, a dit le maire sur France Bleu Occitanie. © Radio France - Théo Caubel

Toulouse, France

Le parquet de Toulouse fait un point sur l'enquête autour de la chute du pont de Mirepoix le 18 novembre dernier. Dans un communiqué le procureur annonce qu'il a ouvert le 12 décembre une information judiciaire. Une procédure classique dans le temps judiciaire. Mais ce qu'il faut noter, ce sont les motifs de cette information : "homicides involontaires et blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à trois mois, délits aggravés par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement."

L'effondrement de ce pont suspendu qui permettait le franchissement du Tarn au nord-est de la Haute-Garonne a fait deux morts et un blessé. Ce matin-là, un camion de 50 tonnes conduit par un chef d'entreprise du BTP de Bessières s'est engagé sur l'ouvrage pourtant limité aux véhicules de 19 tonnes. 

Le parquet de Toulouse précise que les investigations se poursuivent. 

Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn - Visactu
Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn © Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu