Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pont-de-Roide : l'ex-président de Gardenia condamné

Francis Bertin a été jugé coupable d'abus de confiance et de faux ce jeudi par le tribunal correctionnel de Montbéliard. Il aurait détourné 118.000 euros des caisses de l'association, à coups de faux frais kilométriques. Il écope d'un an de prison avec sursis et devra payer 107.000 euros de dommages et intérêts.

La cité judiciaire de Montbéliard, dans le Doubs.
La cité judiciaire de Montbéliard, dans le Doubs. © Radio France - Faustine Mauerhan

L'ex-président de Gardenia a été condamné pour abus de confiance et faux. Francis Bertin est reconnu coupable d'avoir détourné 118.000 euros des caisses de son association par le tribunal correctionnel de Montbéliard, dans le Doubs.

107.000 euros de dommages et intérêts.

Pendant trois ans (entre 2009 et 2012), il s'est notamment versé 1.500 euros par mois de frais kilométriques non justifiés , soit l'équivalent de 4.200 kilomètres à parcourir. C'est à l'occasion d'un redressement judiciaire de l'association d'aide à domicile, basée à Pont-de-Roide, que l'administrateur judiciaire avait découvert des anomalies dans les lignes de compte. La structure avait alors été liquidé en février 2012. Ce jeudi, Francis Bertin a écopé d'un an de prison avec sursis et surtout, d'une amende de 107.000 euros pour dommages.

"Je ne sais pas. J'ai dû me tromper de jour."

Pourtant, à l'écouter, l'ex-président n'est coupable que de maladresse dans sa gestion. Le problème, c'est que sur les notes de frais, les dates ne collent pas. Selon son agenda, Francis Bertin est en même temps en déplacement et en arrêt maladie ou bien tout simplement en réunion à son bureau. Le tribunal l'a donc longuement interrogé sur ces questions : "Comment faites-vous M. Bertin, pour faire deux fois le tour du monde en voiture sans bouger de votre chaise au siège social de l'association ?" , lui demande le président. "Je ne sais pas, j'ai du me tromper de jour en remplissant les notes de frais", répond-il.

"A l'évidence, il s'est auto-rémunéré."

Et d'ajouter qu'il a tout sacrifié pour ce travail. Sa vie personnelle, ses finances aussi. Il assure qu'il s'est endetté plutôt que de s'enrichir dans cette histoire. C'est justement ce que relève Me Bergelin, avocat des parties civiles. "M. Bertin considère son activité de bénévole comme un véritable travail, à l'évidence, il s'est tout naturellement auto-rémunéré" , plaide-t-il.

Le tribunal correctionnel de Montbéliard dans le Doubs.
Le tribunal correctionnel de Montbéliard dans le Doubs. © Radio France - Faustine Mauerhan

C'est le même sentiment du côté du procureur de la République, qui juge que les explications de Francis Bertin, n'ont "pas beaucoup de sens." Il requiert 2 ans de prison dont 18 mois de sursis. L'avocate de la défense, elle, a tout simplement demandé la relaxe de son client, s'appuyant sur le rapport de l'expert comptable, mandaté au moment du redressement judiciaire de l'association. Un rapport qui n'estime, lui, le préjudice, qu'à 14.000 euros, d'où la surprise de l'avocate au moment de l'énoncé du jugement. Son client va faire appel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess