Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Pontarlier s'interroge après la révélation de soupçons d'euthanasie à l'Ehpad du Larmont

dimanche 27 janvier 2019 à 18:07 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon

Beaucoup d'interrogation à Pontarlier après l'ouverture d'une enquête pour homicide involontaire à l'Ehpad du Larmont. Le parquet de Besançon a été saisi après le signalement d'un décès suspect dans cet établissement pour personnes âgées.

Les Pontissaliens entre stupeur et prudence après les soupçons d'euthanasie à l'Ehpad du Larmont
Les Pontissaliens entre stupeur et prudence après les soupçons d'euthanasie à l'Ehpad du Larmont © Radio France - Anne Fauvarque

Doubs, France

A Pontarlier, les gens s'interrogent après l'ouverture d'une enquête pour homicide involontaire à l'Ehpad du Larmont, à Doubs, commune qui jouxte Pontarlier. Le parquet de Besançon a été saisi après le signalement d'un décès suspect dans cet établissement pour personnes âgées. C'est la famille d'une personne décédée qui a alerté l'ARS. L'agence régionale de santé a ouvert une enquête administrative puis a saisi le procureur. 

Cyril, un Pontissalien, reconnaît par exemple qu'il y a déjà eu des rumeurs, des "on dit". Mais lorsque la justice est saisie, "cela prend une tout autre dimension" affirme ce père de famille. "Ça m'étonne, confie Laëtitia, une ancienne stagiaire de l'Ehpad du Larmont. Mais tout est possible. En tout cas c'est un sacré cataclysme" assure la jeune fille.

Comment traiter l'angoisse des résidents? 

Daniel lui est résident de l'Ehpad. Il est très critique sur l'établissement et avoue être confronté à "des coups d'angoisse terribles". "Cette angoisse est traitée avec une molécule particulière", explique un infirmier d'un Ehpad du même groupe. "C'est quelque chose qui s'injecte en fin de vie pour diminuer la souffrance psychologique, dit-il. Peut-être qu'il y a des dérives. Mais si on ne donne pas ce médicament, les gens se retrouvent aux urgences et restent 8 heures sur un lit à attendre. Et à l'hôpital, le patient aura ce médicament. Alors qu'est-ce qu'il faut faire?" soupire l'infirmier. 

L'euthanasie est interdite en France

Mais de là à parler d'euthanasie, il y a un pas que le soignant ne veut pas franchir. "La fin de vie est très encadrée dans notre pays, ajoute-t-il. C'est une décision collégiale, qu'aucun médecin ne peut prendre seul", rappelle l'infirmier. Mais Nicolas par exemple s'interroge. "Il suffit d'une personne... Si cette personne influence les autres? On ne sait pas !" A l'Ehpad du Larmont, c'est d'ailleurs sur le respect ou pas du protocole, que porte notamment l'enquête.

Un numéro vert a été mis en place par le centre hospitalier de Haute-Comté. Il est dédié aux résidents, familles, proches et personnel de l'Ehpad du Larmont : 0.805.090.125