Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ponts du mois de mai : comment s'organisent les employeurs dans le Nord?

lundi 7 mai 2018 à 7:09 Par Winny Claret, France Bleu Nord

Le mois de mai est la période la moins travaillée de l'année avec ses quatre jours fériés. Des jours chômés qui tombent particulièrement bien, en 2018, puisqu'ils permettent de faire le pont trois fois dans le mois. Une aubaine pour les salariés, un casse-tête pour les employeurs.

Pas facile, pour certaines entreprises, de gérer cette semaine de ponts.
Pas facile, pour certaines entreprises, de gérer cette semaine de ponts. © Maxppp - La Voix du Nord

Hauts-de-France, France

Cette semaine risque d'être bien calme dans les bureaux. Avec le 8 mai, qui tombe ce mardi et l'Ascension ce jeudi 10 mai, il suffit de prendre trois jours de congé pour gagner une semaine de vacances. 

Delphine Tillieux dirige une petite entreprise familiale de menuiserie à Tourcoing. Cette semaine de ponts, elle ne l'avait pas vu venir.

On a été pris au dépourvu, il y a un mois, quand plusieurs salariés sont venus nous voir pour poser des congés ou récupérer des jours sur la semaine du 8 mai.

Mais impossible de fermer à une période où la PME à beaucoup de chantiers en cours.

Si l'on fermait une semaine, on perdrait deux chantiers, ce qui veut dire entre 10.000 et 20.000 euros de facturation en moins.

La chef d'entreprise a dû négocier avec son équipe : la moitié des salariés était en congé la semaine dernière, l'autre moitié sera en vacances cette semaine. 

Un mois de mai trop contraignant pour certaines entreprises

Plus compliqué de s'organiser pour Philippe Hourdain, patron d'une imprimerie numérique qui emploie 45 personnes à Templemars, près de Lille.

Nous sommes obligés de prévoir des heures supplémentaires le samedi et le dimanche, ce qui nous coûte cher. C'est un mois qui ne peut pas être rentable.

Pas rentable et même coûteux pour les entreprises de l'industrie qui ont de lourdes dépenses matérielles.

Il faut au moins quinze jours de travail pleins sur les vingt-deux légaux, pour amortir les frais fixes, ce mois-ci on sera à douze.

Cette année, les jours fériés de mai tombent particulièrement bien pour les salariés souhaitant faire le pont - Radio France
Cette année, les jours fériés de mai tombent particulièrement bien pour les salariés souhaitant faire le pont © Radio France

En ajoutant à cela l'absence de leurs fournisseurs et des interlocuteurs qui ne répondent pas, certaines entreprises ont même décidé de fermer, faute de pouvoir travailler normalement, cette semaine.

Face à ce casse-tête, la chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-France regrette que les jours fériés soient si contraignants pour les entreprises.

La CCI a d'ailleurs commandé une étude pour connaître l'impact des jours fériés de ce mois de mai 2018 sur l'économie régionale.

En tout cas, les salariés ont intérêt à en profiter, nous n'aurons pas de mois de mai aussi propice aux ponts avant 2024.