Faits divers – Justice

"Porter ou pas la kippa, c'est un choix personnel" pour Pierre Lévy, délégué du CRIF en Alsace

Par Sophie Cambra, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 14 janvier 2016 à 8:44

Illustration d'un homme portant une kippa
Illustration d'un homme portant une kippa © Maxppp

La question fait débat depuis l'agression cette semaine à Marseille d'un professeur juif. Pour le délégué du conseil représentatif des institutions juives de France en Alsace, porter la kippa est avant tout une liberté individuelle.

Après l'agression d'un enseignant dans les rues de Marseille, lundi 11 janvier, le consistoire israélite de Marseille a demandé aux juifs d'enlever leur kippa dans la rue "jusqu'à des jours meilleurs". Une position critiquée par le grand rabbin de France et le conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Ce mercredi, François Hollande a déclaré qu'il trouvait insupportable que des citoyens français aient besoin de se cacher en raison de leurs choix religieux. Pour Pierre Lévy, "interdire ou déconseiller la kippa est une capitulation". Le délégué régional du CRIF insiste : "la montée de l'antisémitisme, on la sent depuis des années, la nouveauté c'est que les actes se sont étendues à l'ensemble des Français [...] on va vers l'intolérance"

Interview intégrale de Pierre Lévy sur France Bleu Alsace