Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Pour avoir insulté Maëlys sur Facebook et encensé Nordahl Lelandais, il est condamné à six mois de prison avec sursis

vendredi 22 juin 2018 à 10:39 Par Blandine Costentin, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

L'homme qui s'était moqué de Maëlys sur Facebook et avait encensé son meurtrier présumé Nordahl Lelandais a été condamné ce vendredi à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Sarreguemines. Il était poursuivi pour "apologie publique de crime".

Maëlys avait disparu le 27 août 2017 dans l'Isère.
Maëlys avait disparu le 27 août 2017 dans l'Isère. © AFP - PHILIPPE DESMAZES

Sarreguemines, France

Un Mosellan de 27 ans a été condamné ce vendredi pour "apologie publique de crime" à six mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Sur un groupe Facebook d'humour noir, cet homme s'était moqué de Maëlys, l'enfant enlevée et assassinée au Pont-de-Beauvoisin en Isère, le 27 août 2017. Il avait au contraire qualifié son meurtrier présumé, Nordahl Lelandais de "grand homme", méritant d'être "admiré et respecté". Lors de l'audience, à laquelle assistaient les parents de la fillette, le 18 mai, le procureur avait requis 10 mois de prison dont 6 à 8 mois avec sursis.

L'avocat du Sarregueminois qualifie le jugement d'"hallucinant et scandaleux". Il va faire appel. Le prévenu risquait jusqu'à cinq ans de prison. A l'audience, il avait reconnu qu'il y était allé "un peu fort" et que ses propos "n'étaient pas vraiment drôle".