Faits divers – Justice

Pour Bernard Kouchner, "Bonnemaison ne mérite pas le terme d'assassin"

Par Pierre Breteau et Daniel Corsand, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde et France Bleu Pays Basque vendredi 20 juin 2014 à 12:16

Pour Bernard Kouchner, "Bonnemaison ne mérite pas le terme d'assassin"

Appelé à témoigner au procès de l'urgentiste bayonnais ce vendredi, l'ancien ministre de la Santé a reconnu ses torts sur la loi en fin de vie qu'il a fait voter en 2002, en n'allant "pas assez loin". Devant les assises, Bernard Kouchner a pris la défense de Nicolas Bonnemaison.

Bernard Kouchner à son arrivée aux assises de Pau, ce vendredi 20 juin. - Radio France
Bernard Kouchner à son arrivée aux assises de Pau, ce vendredi 20 juin. © Radio France - Daniel Corsand
Arrivé dans un voiture anglaise, Bernard Kouchner était entendu ce vendredi matin pendant une heure au procès de Nicolas Bonnemaison. Il a reconnu sa responsabilité de ne pas avoir su ou pu faire la "bonne loi" lorsqu'il était ministre de la Santé en 2002 : "Pour n'avoir pas forcé assez vite le vote d'une loi sur la fin de vie. C'est une loi que je veux de générosité, d'amour et de confiance."

"Monsieur Bonnemaison ne mérite pas le terme d'assassin, sûrement pas", a indiqué Bernard Kouchner. Selon lui, l'ancien urgentiste "est un homme qui a été isolé" , et c'est de cet isolement qu'il faut partir pour repenser la "place de la mort à l'hôpital et dans notre société" .

Le French Doctor "n'emploie pas le mot euthanasie" , il "déteste ce mot" et préfère parler de "fin de vie, mort douce, mort choisie, etc." . Plaidant pour une nouvelle législation, il a voulu défendre les "gens qui veulent disposer de leur corps et de leur âme" .

L'ancien ministre de la Santé a quitté le palais de justice de Pau sous les applaudissements des soutiens de Nicolas Bonnemaison.

À LIRE AUSSIImplacable déposition de Jean Leonetti au procès du Dr Bonnemaison► Euthanasie : tout savoir le procès Bonnemaison

Bernard Kouchner au procès Bonnemaison à Pau : "Bonnemaison ne mérite pas le terme d'assassin"