Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Pour dénoncer les baisses de dotation de l'Etat, un maire de Meurthe-et-Moselle raccourcit le portrait d'Emmanuel Macron

mardi 3 octobre 2017 à 19:11 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Le maire de Grand-Failly a décidé de masquer d'un tiers le portrait du Président de la République dans sa mairie. C'est autant de dotations de l'Etat qui manquent, selon lui, au budget de sa commune.

Le portrait officiel du Président de la République
Le portrait officiel du Président de la République - Soazig de la Moissonnière

Meurthe-et-Moselle, France

Le maire de Grand Failly, dans le nord de la Meurthe-et-Moselle, en a assez. Assez de voir les ressources de sa commune diminuer constamment. Assez de voir l'Etat se décharger sans compensations sur les collectivités locales. Alors pour signifier son mécontentement, Jean-François Damien a décidé de "raccourcir" d'un tiers le portrait d'Emmanuel Macron dans sa mairie. Il n'a pas sorti les ciseaux pour cela, mais a simplement masqué par le bas, une partie du cadre présidentiel.

13.000 euros de moins de taxe d'habitation

Élu maire de cette commune de 330 habitants depuis 2001, Jean-François Damien a vu l'Etat baisser ses dotations sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Il s'inquiète à présent des conséquences de la suppression progressive de la taxe d'habitation pour les finances de sa commune. "Notre taxe d'habitation représente 13.000 euros. C'est une somme importante pour une petite commune comme la notre." Et il ne peut plus compter sur la réserve parlementaire, elle aussi supprimée par le gouvernement, pour mener quelques travaux indispensables. "Quand on a pas d'argent, on ne programme pas de travaux. Alors ce sont des bâtiments communaux qui se dégradent, une voirie que l'on entretient plus. C'est pour le bien-être des habitants."

Jean-François Damien, maire de Grand-Failly

Soutien de ses collègues

Son initiative lui a valu un appel courroucé de la sous-préfecture, mais aussi les félicitations de certains de ses collègues. Jean-François Damien est aussi parfaitement compris par Rose-Marie Falque, la présidente de l'association des maires de Meurthe-et-Moselle : "Bien sur que je comprends cette colère ! Si je prends l'exemple de ma commune, Azerailles : j'ai perdu 46% en 4 ans. Ce n'est pas un tiers, mais la moitié du président que je devrait masquer. Cela dit, on verrait toujours ses yeux" glisse t-elle avec humour. D'autres élus vont-ils, eux aussi, raccourcir le portrait d'Emmanuel Macron ? Le sujet sera sans doute encore largement commenté, samedi, à Pont-à-Mousson, où l'association des maires de Meurthe-et-Moselle tiendra son assemblée générale annuelle.

Rose-Marie Falque, présidente de l'Association des maires de Meurthe-et-Moselle