Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pour l'avocat du boxeur accusé d'avoir tué un policier en civil, la victime était "alcoolisée et agressive"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

L'avocat toulousain, Me Simon Cohen, qui défend le boxeur mis en examen pour "homicide volontaire" suite à la mort d’un policier en civil samedi matin à Sesquières riposte. Il dénonce l'attitude de la victime, "un matamore", et les silences de la justice sur certains aspects du dossier.

Me Simon Cohen
Me Simon Cohen © Radio France - Daniel Corsand

Toulouse, France

L'avocat de l'homme accusé d'avoir tabassé à mort un policier de 35 ans devant une boîte de nuit toulousaine riposte.

La victime, originaire de Saint-Estève, près de Perpignan, n'avait pas survécu aux coups de pied et de poing reçus samedi dernier devant l'Esméralda à Sesquières, au nord de Toulouse.

L'homme accusé de l'avoir tué, un magasinier de 30 ans amateur de boxe, a été arrêté ce dimanche et mis en examen lundi pour "homicide volontaire" par un juge d'instruction, comme le réclamait le parquet de Toulouse. Une qualification incompréhensible pour son avocat, Me Simon Cohen.

"On oublie de dire que la victime avait bu"

"La victime avait bu et n'était pas en état de conduire,  il n'était plus en état de se maîtriser. Pourquoi ne dit-on pas tout cela", s'agace Me Cohen. 

Pourquoi passer sous silence tout ce comportement qui n'est pas celui d'un policier en fonction mais celui d'un homme agressif qui va se transformer en matamore. Bien sûr rien ne justifie cette mort, mais si c'était un policier qui était mis en cause, pensez-vous que l'on aurait retenu d'emblée la qualification la plus haute ?! – Me Simon Cohen

Pour l'avocat pénaliste toulousain, il aurait donc été préférable de retenir pour la mise en examen la qualification de "coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner".