Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises du Doubs : 15 ans pour avoir agressé une vieille dame dans son lit

vendredi 9 mars 2018 à 15:55 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu

La cour d’assises du Doubs a retenu l’intention criminelle contre l’agresseur d’une vieille dame il y a quatre ans à Exincourt. Le ressortissant algérien a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle, au-delà des 14 ans requis par l'avocat général. La défense annonce qu'elle va faire appel.

Le siège de l'avocat général, vu depuis les bancs de la défense.
Le siège de l'avocat général, vu depuis les bancs de la défense. © Radio France - Christophe Beck

Exincourt, France

Au terme d'une audience de trois jours, la cour d’assises du Doubs a condamné ce vendredi l’agresseur d’une vieille dame de 75 ans à 15 ans de réclusion criminelle, alors que l'avocat général avait requis 14 ans. 

Il y a quatre ans à Exincourt, le ressortissant algérien, âgé aujourd’hui de 42 ans, s’était introduit dans la maison de sa voisine, l’avait frappée dans son sommeil, à coups de poings et de burin, pour qu’elle dise où elle cachait ses économies, avant de la laisser inanimée et de prendre la fuite. L’homme a reconnu les faits. Il s’était même dénoncé à la police. Et il a demandé pardon devant la cour d’assises. Mais réfuté toute intention criminelle.

L'intention criminelle, au coeur de ce procès

« Il n’est pas question de faire de l’accusé un assassin qui aurait muri son crime », écarte d’emblée l’avocat général. En revanche, « même si l’issue fatale ne survient pas, l’intention reste », martèle Alexandre Benoist, ajoutant, « l’intention homicide n’est rien d’autre qu’un instant où tout bascule (...) La nature et l'intensité des violences ne permet aucun doute sur cette intention."

Me Caroline Niggli, avocate de la Partie Civile  - Radio France
Me Caroline Niggli, avocate de la Partie Civile © Radio France - Christophe Beck

La partie civile, qui défend la victime, renchérit. « Quand il rouait de coups madame, avec ses poings et ce burin, il savait que ces violences pouvaient être fatales », explique Me Caroline Niggli qui rappelle la conviction de sa cliente : « J’ai reçu une avalanche de coups, au visage et à la tête. Ça n’arrêtait pas. Il voulait me tuer ». 

La vieille dame, qui approche les 80 an,s n'a pas eu la force d'assister à ce procès. "Depuis, les faits, elle a changé. Elle n'est plus capable de tenir une conversation", conclut Me Niggli. 

Me Jean-Baptiste Euvrard, avocat de la défense - Radio France
Me Jean-Baptiste Euvrard, avocat de la défense © Radio France - Christophe Beck

Pour la défense, « l’agression d’une vieille dame, chez elle, de nuit, avec une arme, n’induit pas automatiquement cette intention criminelle ». « Il voulait lui faire peur, pas la tuer » assène Me Jean Baptiste Euvrard qui explique que dans l'ordonnance de mise en accusation, l'intention criminelle pèse six lignes sur 16 pages. Il s'adresse au jury : "On ne peut pas exiger de vous que vous fassiez ce travail de déduction qui n'existe pas". 

L'accusé demande pardon à sa victime et à la France qui l'a si bien accueilli 

Les derniers mots reviennent à l’accusé. L'homme sort de sa réserve. « C’est vrai que je me suis acharné sur cette pauvre dame ce soir-là. J’avais besoin d’argent. Ça n’excuse pas ce que j’ai fait. Je suis tellement désolé. Je lui demande pardon. Je demande pardon à la France qui m’a si bien accueilli », lâche l’accusé.  Il n'a semble-t-il pas convaincu la cour qui l'a condamné à 15 ans de réclusion criminelle.  Son avocat annonce qu'il va faire appel de ce verdict