Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Pour la deuxième fois, le tribunal de Brest envoie un Gilet jaune derrière les barreaux

Un homme de 29 ans, habitué des rassemblements de Gilets jaunes, a été condamné ce lundi à quatre mois de prison ferme pour avoir participé au blocage du dépôt pétrolier de Brest fin mars et avoir lancé des projectiles sur les policiers.

Le Tribunal de Grande Instance de Brest
Le Tribunal de Grande Instance de Brest © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

Le tribunal correctionnel de Brest condamne ce lundi un Gilet jaune à quatre mois de prison ferme avec maintien en détention. Il faisait partie de ceux qui tentaient de bloquer le dépôt pétrolier sur le port de commerce en fin de semaine dernière. Le procureur de Brest avait requis six mois ferme.

Ils étaient au moins une vingtaine de manifestants à se mobiliser dans la nuit du 27 au 28 mars, répondant ainsi à un appel national. Ils avaient monté des barrages, enflammé des palettes ou des conteneurs, des coques de catamarans. Ils avaient aussi insulté les policiers et leur avaient jeté des projectiles. 

Il se qualifie de "black bloc"

L'homme de 29 ans jugé lundi était très actif selon les policiers, il reconnaît avoir fabriqué des cocktails molotov, et en avoir lancé un, mais sans l'allumer. Il admet avoir lancé des morceaux de parpaings en direction des forces de l'ordre, pas pour blesser mais à titre dissuasif.

Ce Gilet jaune, un peu confus dans ses explications, a participé à plusieurs rassemblements en Bretagne, il se qualifie de black bloc, mais un black bloc qui ne casse pas et qui protège les gilets jaunes. Il dément être un leader du mouvement : "Je suis leader de moi-même".

C'est la seconde fois que le tribunal de Brest envoie un Gilet jaune derrière les barreaux. En début d'année, un manifestant accusé d'avoir frappé le directeur du magasin Boulanger de Guipavas avait été condamné à huit mois de prison ferme.