Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pour remettre (ou non) de l'électricité et du gaz au Secours populaire d'Hayange, il faudra attendre le 19 décembre

mardi 5 décembre 2017 à 22:25 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Le juge des référés de Thionville a décidé de reporter au 19 décembre sa décision de rétablir ou non l'électricité et le gaz dans les locaux du Secours populaire d'Hayange. La municipalité va devoir fournir à la justice le contrat d'électricité pour prouver sa bonne foi.

Le Secours Populaire d'Hayange.
Le Secours Populaire d'Hayange. © Radio France - Faustine Mauerhan

Hayange, France

Après plus d'un an sans électricité ni gaz, le Secours populaire d'Hayange ne veut pas passer un second hiver au froid. L' association locale et ses représentant au niveau départemental et national ont sollicité le juge des référés de Thionville mardi 5 décembre pour qu'il ordonne au maire de revenir en arrière. Un nouvel épisode dans le bras de fer qui oppose l'association au maire Front national, Fabien Engelmann .

Le juge a décidé de renvoyer l'affaire et de statuer le 19 décembre. La mairie devra fournir, avant le 12 décembre au juge, le contrat d'électricité pour prouver sa bonne foi.

Méthode de voyous ou occupation illégale

Au palais de justice de Thionville, la salle 8 a "rarement été aussi remplie", parole d'agent. Dans l'audience, on écoute attentivement les plaidoiries.

Pour l'avocat du Secours populaire, Maître Gérard Taieb, l'élu frontiste a purement et simplement décidé de couper l’électricité:

Un propriétaire qui n'est pas muni d'un avis d'expulsion et qui force ses locataires à partir en coupant tout, ce sont des méthodes de voyous." Gérard Taieb, avocat du Secours populaire d'hayange

La municipalité, via son avocat Maître Paul Yon, réplique aussitôt:

La ville a arrêté de payer pour des locaux qui sont occupés illégalement." Paul Yon, avocat de la mairie d'Hayange

Le contrat d'électricité dira si le disjoncteur a été arrêté ou coupé

Car Fabien Engelmann reproche à l'association de ne pas avoir signé de convention officiellement avec la ville, ce à quoi le Secours populaire rétorque un accord oral, il y a plus de 20 ans, par ailleurs indiqué dans un bulletin municipal.

Aussi, l'avocat de l'association qui compte 9 antennes dans le département et 500 bénévoles souligne la décision arbitraire de la ville. Selon lui, Il n'y a qu'un compteur d'électricité dans les locaux; des locaux qui sont partagés avec les Restos du cœur. Et que si eux n'ont pas vu leur électricité et leur gaz interrompus, c'est donc que le disjoncteur aurait été ciblée. Ce que devra prouver le contrat l'électricité

Mais ce 19 décembre si le juge se déclare compétent et statue, l'histoire ne prendra pas fin. L'électricité et le gaz ne sont qu'un chapitre dans cette affaire. Il y a toujours une procédure d'expulsion lancée par Fabien Engelmann, même si l'association souligne qu'aucune demande de ce type n'a été effectuée auprès du Tribunal administratif de Strasbourg.

Depuis l'arrivée de Fabien Engelmann, maire Front national à la tête de la ville de Moselle, en 2014, les relations entre l'association et la municipalité se sont dégradées. L'élu qualifie en 2016 le Secours populaire d'adversaire politique en le désignant comme "succursale du Parti communiste".