Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le président du SDIS milite pour un centre d'appel unique des urgences dans l'Yonne

jeudi 10 mai 2018 à 19:21 Par Denys Baudin et Damien Robine, France Bleu Auxerre

Le président du Service départemental d'incendie et de secours de l'Yonne souhaite la création d'une plateforme téléphonique unique réunissant le centre 15 du Samu et le 18 des pompiers.

18 appel des pompiers
18 appel des pompiers © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Il réclame une plateforme téléphonique unique réunissant le centre 15 du Samu et le 18 des pompiers. Christophe Bonnefond, président du Service départemental d'incendie et de secours de l'Yonne, a écrit mercredi 9 mai au premier ministre Edouard Philippe pour lui faire part de son projet. Pourtant, l'agence régionale de santé préfère à terme une gestion de tous les appels depuis Dijon, voire de Besançon redoute le président du SDIS.

Une initiative qui prend tout son sens alors qu'a éclaté la polémique autour de la mort d'une jeune femme de 22 ans à Strasbourg dont l'appel au samu n'avait pas été pris au sérieux par une opératrice le  29 décembre dernier. Naomi Musenga avait obtenu pour seul conseil de l'opératrice d'appeler SOS Médecins.  Après plusieurs heures, elle était parvenue  à joindre les urgences médicales, un appel qui déclenchait cette fois l'intervention du Samu. Emmenée à l'hôpital, elle a été victime d'un infarctus puis transférée en réanimation avant de décéder.

Un contact toutes les sept minutes à Auxerre entre le 18 et le  15

Christophe Bonnefond explique qu'"aujourd'hui nous avons un contact toutes les sept minutes à Auxerre entre le  18 et le  15 dans un sens ou dans l'autre pour assurer le secours à personne. Quand nous savons que dans la plupart des cas les questions sont posées deux fois aux personnes qui sont en besoin de secours , on peut comprendre que sur un même plateau ce serait beaucoup plus efficace." 

Un même plateau serait beaucoup plus efficace - Christophe Bonnefond, président du SDIS 89 

"Localement tout le monde en veux" poursuit le président du service départemental d'incendie et de secours."Mais aujourd'hui le ministère de la santé fait pression pour supprimer le 15 à Auxerre. La conséquence c'est que demain ce sera dirigé depuis Dijon ou Besançon, voire plus loin. Les gens qui appellent sont le plus souvent affolés par l'évènement et ils ont parfois de la peine à s'exprimer. Il faut arriver à les calmer et à comprendre ce qu'ils disent et où ils sont. D'avoir une connaissance locale pour les gens qui sont derrière le téléphone à l'appel d'urgence, c'est un gage de sécurité pour nos concitoyens qui est indispensable."

"Un gage de sécurité"