Faits divers – Justice

Premier conseil municipal à Nice depuis l’attentat du 14 juillet

Par Justine Leclercq, France Bleu Azur jeudi 13 octobre 2016 à 20:07

Philippe Pradal, maire de Nice dans la salle du conseil municipal.
Philippe Pradal, maire de Nice dans la salle du conseil municipal. © Maxppp - .

Trois mois après l’attentat sur la Promenade des Anglais, les élus niçois se sont retrouvés ce jeudi en Conseil municipal. C’était le premier conseil municipal depuis l’attentat. La ville a souhaité prendre 26 délibérations post-attentat.

Les élus du conseil municipal de Nice se sont rassemblés ce jeudi 13 octobre. A l’occasion de cette séance, 26 délibérations suite à l’attentat du 14 juillet ont été adoptées à la majorité. Ces mesures portent autour de la sécurité, l’accompagnement et la mémoire.

Sécurité

La ville de Nice décide de renforcer la présence des vigiles devant les établissements scolaires. Après les vacances de la Toussaint, il y aura un vigile devant chaque entrée et leur présence sera plus longue de 8h30 à 13h30 et de 15h30 à 18h.

La ville prévoit aussi pour les écoles ou les crèches qui ont perdu des enfants à cause de l’attentat du 14 juillet d’apposer des plaques commémoratives avec l’accord des parents, tout en prévoyant un accompagnement psychologique.

Accompagnement financier

La mairie de Nice veut également témoigner sa reconnaissance aux commerçants qui ont accueilli, hébergé les blessés et les spectateurs de la Promenade des Anglais le soir du carnage.

Un fonds de plus de 600.000 euros financé par la ville de Nice, le Conseil régional de Provence Alpes Côte d'Azur et le conseil départemental des Alpes-Maritimes est débloqué pour aider les 42 commerces situés entre l’hôpital Lenval et l’avenue Gustave V. Les commerces seront également exonérés de la taxe « terrasse » pour le troisième trimestre, l’étalement de certaines redevances et des exonérations aussi pour les chauffeurs de taxis.

Devoir de mémoire

La ville de Nice souhaite aussi la création d’un comité pour la Mémoire des victimes du 14 juillet. Ce comité composé de représentants d’associations de victimes, de familles de victimes, d’élus ou encore de l’ancien ministre Jean-Jacques Aillagon sera en charge de suivre les blessés, les familles des 86 morts. Il est aussi en charge de réfléchir à la cérémonie d’hommage du 14 juillet 2017.

Partager sur :