Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Première reconstitution sur les lieux de l'accident de Millas

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu
Millas, France

Une reconstitution s'est déroulée ce mardi matin à Millas (Pyrénées-Orientales) sur les lieux de l'accident survenu jeudi dernier entre un autocar scolaire et un train, dans lequel sont morts six collégiens.

Une reconstitution technique avant un point du procureur de la République
Une reconstitution technique avant un point du procureur de la République © Maxppp -

La reconstitution a duré une heure et demi. Un autocar de l'entreprise Faur, identique à celui impliqué dans la collision avec un train régional, a emprunté à plusieurs reprises le chemin parcouru jeudi 14 décembre, en traversant la voie ferrée à hauteur du passage à niveau 25 à Millas. 

Le véhicule est passé plus d'une dizaine de fois sur les lieux où s'est produit l'accident, qui a fait six morts, des collégiens passagers du bus. Aucun train n'était présent sur place.

Les enquêteurs ont filmé la scène sous tous les angles, y compris de l'intérieur du bus, pour reconstituer le champ de vision de la conductrice, elle-même blessée dans l'accident. Un drone a également survolé la zone.    

L'enquête se poursuit

Le passage à niveau se situe à une dizaine de mètres d'un virage à 45 degrés. Selon le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux, chargé de l'enquête, la vitesse du TER était de 75 km/h sur un tronçon où la vitesse maximale autorisée était de 100 km/h. 

"La configuration des lieux exclut une vitesse excessive du car scolaire", a-t-il précisé vendredi soir. L'examen des disques enregistreurs a montré que le bus circulait à 12 km/h

L'enquête se poursuit également pour déterminer la position des barrières du passage à niveau, élément crucial pour établir les responsabilités, mais les témoignages divergent.

Une réunion d'information sur les investigations en cours est organisée ce mardi après-midi au tribunal de grande instance de Perpignan par le procureur de Marseille, avant un point presse au centre d'art contemporain Walter Benjamin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu