Faits divers – Justice DOSSIER : L'incendie de Gabian

Premières conclusions sur l'incendie de Gabian : quelques interrogations encore sur les camions

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault mercredi 25 janvier 2017 à 18:47

L'incendie de Gabian avait ravagé 200 hectares
L'incendie de Gabian avait ravagé 200 hectares © Maxppp -

Le CHSCT a rendu ses conclusions après l'incendie mortel de Gabian (Hérault) l'été dernier : le feu a brusquement changé de sens, les pompiers ont été piégés. Par ailleurs sur les quatre camions engagés, les systèmes d'auto-protection ont fonctionné avec des limites cependant.

Le CHSCT des pompiers a rendu ses premières conclusions après une enquête minutieuse sur l'incendie mortel entre Gabian et Roquessels le 10 août dernier. Cet incendie avait coûté la vie à un jeune pompier héraultais de 22 ans, Jérémy Beier, trois de ses camarades ont été gravement brûlés et reçoivent toujours des soins intensifs.

Le couvercle de fumée empêchait de localiser les pompiers pris au piège

Le comité hygiène et sécurité au travail des pompiers s'est penché sur les circonstances du feu, on comprend un peu mieux comment les pompiers ont été piégés par un incendie hors norme. Le feu a brusquement changé de direction, ce qui a crée un phénomène thermique brutal, autrement dit un couvercle de fumée s'est formé très rapidement. La température a augmenté de manière spectaculaire, ce qui a encore favorisé l'embrasement de la végétation.

Les quatre camions ont été cernés par les flammes sur le flan droit, le couvercle de fumée ne permettait plus aux avions de les localiser. La ligne à haute tension à proximité n'aurait sans doute pas permis de toutes façons de larguer directement sur les camions pris au piège.

Les systèmes d'auto-protection passés à la loupe

Quant à la polémique sur la vétusté du matériel, le rapport a passé les camions à la loupe. Sur les 4 camions qui intervenaient sur cet incendie entre Roquessels et Gabian, le premier a pu enclencher son système d'autoprotection correctement, un système qui permet d'arroser le camion à l'extérieur ainsi que le rideau d'eau, une véritable barrière pour se protéger du feu.

Dans le deuxième camion, l'auto-protection a fonctionné mais le rideau d'eau n'a pas pu être positionné, les pompiers ont réussi à s'éloigner de l'incendie. Dans le troisième, l'autoprotection s'est déclenchée aussi mais la pression n'était pas suffisante, les pompiers ont quitté le camion à pied pour rejoindre leur collègue dans un autre véhicule.

Enfin le dernier camion a calé, les pompiers n'ont pas pu redémarrer. Si le moteur ne tourne pas le système ne peut pas fonctionner, en tout cas sur ce camion là ancienne génération, les nouveaux sont eux équipés d'un moteur de sécurité pour justement que l'auto protection se déclenche quoiqu'il arrive. C'est dans ce dernier camion que se trouvaient Jérémy Beier et les trois autres pompiers grièvement brûlés.

Le CHST propose 42 recommandations qui concernent la formation, la coordination avec les moyens aériens, le matériel et notamment le déploiement de camions plus récents avec des systèmes d'autoprotection plus performants.

Deux autres enquêtes sont en cours, une enquête judiciaire, et une enquête de la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises du ministère de l'intérieur.