Faits divers – Justice

Une tonne et demie de miel volée chez un apiculteur de Puceul !

Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan jeudi 18 août 2016 à 19:16

Miel, illustration
Miel, illustration © Maxppp -

Un apiculteur de Puceul, près de Nozay, s'est fait voler cinq fûts de 300 kilos de miel chacun, plus un fût de pollen ! Il est persuadé que les voleurs savaient très bien ce qu'ils venaient chercher.

C'est en revenant de vacances que l'apiculteur, Loïc Leray, s'est rendu compte que cinq de ses fûts de miel, plus un de pollen, avaient disparu, sur la vingtaine qu'il a dans son exploitation de Puceul, près de Nozay.

Des fûts de 300 kilos, ça ne se déplace pas comme ça !

D'après lui, les voleurs savaient très bien ce qu'ils venaient chercher. "Chaque fût fait 200 litres et il contient 300 kilos de miel. Pour les transporter, il faut au moins deux personnes, même si un diable électrique m'a aussi été volé. Il faut aussi un camion". Ceux qui ont fait ça sont aussi probablement des connaisseurs : "seuls les fûts qui contenaient la récolte de 2016 ont été volés, notamment celui qui contenait du miel d’acacia, très rare cette année. Et on ne vient pas jusque chez moi par hasard, mon exploitation est au bout d'un cul-de-sac". Loïc Leray imagine que son miel va être mis en pot pour être écoulé en vente-directe. Impossible, selon lui, de vendre les fûts tels quels.

Un vol inédit

Ce qui est sûr, c'est que ce type de vol est inédit en France. Les vols de ruches sont réguliers depuis quelques années, mais de miel, surtout de telles quantités, il n'y en a jamais eu selon l'Unaf, l'union nationale de l'apiculture française, dont Loïc Leray est le vice-président. L'une des explications, c'est peut-être la très mauvaise récolte de cette année qui va provoquer une augmentation des prix, ce qui laisse penser à certains qu'ils pourraient en profiter pour gagner de l'argent. Mais pour l'apiculteur visé, c'est surtout un "coup au moral" de plus dans une année 2016 déjà bien difficile.

Il met les autres apiculteurs en garde : d'autres vols du même type pourrait avoir lieu. Il faut donc qu'ils se méfient et qu'ils n'hésitent pas à bien protéger leurs mielleries.

Partager sur :