Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Près de Pornic la soirée avait dégénéré, sept personnes jugées pour violences aggravées

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le 11 janvier dernier, la soirée d'anniversaire dans un gîte de Chaumes-en-Retz près de Pornic a dégénéré. Onze personnes ont essuyé divers coups et certaines ont été sérieusement blessées. Sept prévenus, dont une femme, sont jugés ce lundi par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire.

Sur les 7 prévenus, 4 sont incarcérés
Sur les 7 prévenus, 4 sont incarcérés © Radio France - Anne Patinec

Lors de cette soirée d'anniversaire dans un gîte de Chaumes-en Retz le 11 janvier dernier, un jeune de 18 ans alcoolisé se fait remettre en place par plusieurs convives car il importune des filles. Vexé, le garçon qui est porteur d'un couteau, alerte des amis. Plusieurs personnes viennent le défendre dont une jeune femme de 22 ans qui les encourage. Un des convives de la soirée est frappé au visage avec un pied de biche . Sa lèvre est perforée et quatre dents sont cassées. Il bénéficie d'une ITT de 30 jours. D'autres invités reçoivent des coups. Selon les gendarmes, une personne a la main cassée par le pied de biche et une autre la tête ouverte après un coup de bouteille. Les assaillants finissent par s'en aller avant de revenir moins d'une heure plus tard, avec une carabine à air comprimé.  Ils s'en prennent notamment à une personne qui s'est réfugiée dans les toilettes et lui donnent un coup de crosse.

Hyper-violence selon le procureur

Les prévenus ont déjà comparu le 17 janvier dans le cadre d'une comparution immédiate. Le dossier a été renvoyé au 24 février en raison de la grève des avocats. Lors de la première audience, le procureur a dénoncé une "hyper-violence" qui a fait 11 victimes au total. Certains des prévenus sont récidivistes. Quatre sont en prison depuis cette audience et les trois autres sont sous contrôle judiciaire. Ils sont jugés pour violences aggravées en réunion et avec arme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu