Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidence de Radio France : la requête en référé de l’association de défense de l’audiovisuel public rejetée

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu
Paris, France

Le Conseil d'Etat a rejeté mercredi la demande de l’association de défense de l’audiovisuel public. Elle demandait au Conseil d'Etat de suspendre la décision du CSA mettant fin aux fonctions de Mathieu Gallet en tant que président de Radio France.

Mathieu Gallet ne sera plus le président de Radio France au 1er mai 2018
Mathieu Gallet ne sera plus le président de Radio France au 1er mai 2018 © Maxppp - Christophe Morin

Le Conseil d'Etat a rejeté ce mercredi après-midi le recours qu'avait déposé l'association de défense de l'audiovisuel public, basée à Orléans. Elle entendait contester auprès de la plus haute juridiction administrative la décision du CSA révoquant le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, à partir de ce 1er mars.

Le Conseil d’Etat devait rendre sa décision dans les 48 heures

L'association avait déposé une requête lundi devant le Conseil d'État pour "excès de pouvoir" du CSA. Une requête en « référé-liberté » est un recours qui dénonce une  atteinte grave présumée de l'administration à une liberté fondamentale. L'association estime que le Conseil supérieur de l'audiovisuel n'a pas fait preuve d'indépendance en révoquant le président de Radio France le 31 janvier dernier, mais qu'il a agi sous la pression du gouvernement, et notamment de la ministre de la Culture Françoise Nyssen. 

Pas d'audience, recours rejeté 

La juridiction estime que la décision du CSA n'impacte pas les intérêts de l'association et l'ordonnance précise que la jurisprudence est constante dans ce domaine. 

"Nous avons fait ce que nous avions à faire," estime Tahar Benchaabane, le président de l'association, "le pire, c'est de ne pas mener les combats." Avant d'ajouter que "l'aventure continue, et il y aura d'autres initiatives. Nous serons également attentif et vigilant sur les projets du gouvernement au sujet de l'audiovisuel public ".

Selon le Conseil d'Etat, l'ADAP "ne justifie pas d’un intérêt donnant qualité pour demander au juge la suspension de cette décision, qui concerne une personne en particulier". Il juge qu’une association n’est pas qualifiée à demander au juge la suspension d’une décision concernant une personne donnée, à la place de cette personne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess