Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le directeur de l'école catholique l'Angélus dans le Cher mis en cause pour maltraitance

Presly : une institution catholique fermée pour des soupçons de violences et d'agressions sexuelles sur les enfants

vendredi 2 juin 2017 à 19:54 Par Michel Benoît, France Bleu Berry et France Bleu

Des soupçons d'agressions sexuelles et de violences à l'institution Angelus de Presly, près de Vierzon. L'école a été fermée ce vendredi. Il s'agit d'une institution catholique, fréquentée par une centaine d'élèves, du CP à la terminale. Le directeur, un prêtre, est laissé en liberté.

Olivier Cottet (DASEN du Cher), Joël Guarrigue (Procureur de la république à Bourges) et Rudy Gaspard (Chef du groupement de gendarmerie du Cher)
Olivier Cottet (DASEN du Cher), Joël Guarrigue (Procureur de la république à Bourges) et Rudy Gaspard (Chef du groupement de gendarmerie du Cher) © Radio France - Michel Benoit

Presly, France

C'est l'éducation nationale qui a alerté le procureur, dès le mois de mars à la suite de divers témoignages qui étaient remontés jusqu'au directeur des services académiques. Pas moins d'une quarantaine de gendarmes, mais aussi des inspecteurs de l'Urssaf, et des finances publiques se sont rendus sur les lieux ce vendredi. Une soixantaine d'enfants ont été auditionnés.

Privation de nourriture et obligation de rester immobile des heures durant

Il semblerait qu'une vingtaine au moins aient fait l'objet à minima de violences. Des punitions allant jusqu'à la privation de nourriture et l'obligation de rester enfermé, immobile durant des heures voire des nuits entières. Deux ou trois témoignages laissent supposer des agressions sexuelles, mais pas de viol, en l'état actuel des investigations. Les autorités veulent déterminer l'ampleur de ces violences et depuis quand elles duraient.

L'institution fermée jusqu'aux vacances

Seul le directeur est mis en cause pour le moment. Le prêtre a été placé en garde à vue, le temps des perquisitions, puis remis en liberté. Les autorités ont également saisi dans les cuisines de la nourriture périmée. Elles soupçonnent également du travail dissimulé et des faits d'escroquerie. La préfecture a décidé de fermer l'institution jusqu'aux vacances, dans un premier temps.Les élèves qui doivent se présenter à des examens (un peu moins de dix) pourront intégrer d'autres internats pour ne pas hypothéquer leur année d'études.