Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Bernard Preynat

Prêtre soupçonné de pédophilie : une enquête préliminaire ouverte pour "non dénonciation de crime"

vendredi 4 mars 2016 à 19:05 Par Julien Corbière et Laureline Dubuy, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

C'est le parquet de Lyon qui a confirmé cette information. Il diligente une enquête préliminaire après les plaintes des membres de l'association La Parole Libérée. Elle a mis en cause le cardinal Barbarin et son entourage dans l'affaire du prêtre présumé pédophile du Rhône et du Roannais.

Le cardinal Barbarin est directement mis en cause par La Parole Libéré
Le cardinal Barbarin est directement mis en cause par La Parole Libéré © Maxppp - Maxppp

C'est un nouveau rebondissement dans l'affaire du prêtre présumé pédophile du Rhône et du Roannais, le père Bernard Preynat. Le parquet de Lyon fait savoir ce soir qu'il a ouvert une enquête préliminaire pour "non dénonciation de crime" et "mise en danger de la vie d'autrui" suite aux plaintes déposées par l'association de défense des victimes La Parole Libérée. Les plaintes ont été déposées cet après-midi même et l'annonce du parquet est donc rapide.

Le 10 février dernier dans le journal La Croix, la cardinal-archevêque de Lyon Philippe Barbarin, primat des Gaules, avait admis avoir eu connaissance du passé du curé dès 2007-2008. Jusqu'alors il avait toujours parlé de l'été 2014. Ces déclarations avait provoqué la colère de l'association La Parole Libérée  qui aujourd'hui, dénonce autant le silence de l'Église que les agissements présumés du prêtre.

Le père Preynat est mis en examen pour des viols et des agressions sexuelles sur des jeunes scouts entre 1986 et 1991 dans le Rhône. A ce stade de l'enquête, aucun fait n'a été identifié dans le Roannais mais l'affaire prend une forte dimension dans le secteur puisque le père Preynat y a exercé après pendant 24 ans.

Le cardinal Barbarin pourrait donc être entendu prochainement dans cette affaire, mais aussi ses proches, notamment Régine Maire, chargé du dossier au diocèse, et le vicaire du Roannais Xavier Grillon. Ce sont trois des six personnes contre lesquelles La Parole Libéré a porté plainte ce vendredi après-midi.

L'étau semble donc se resserrer autour du diocèse de Lyon et de son archevêque même si à ce stade - enquête préliminaire -, il n'est pas directement mis en cause. Il ne s'agit pas d'une mise en examen dans le cadre d'une instruction. Il y a trois semaines sur France Bleu Saint-Étienne Loire, après les déclarations du cardinal Barbarin dans la Croix, le Président de l'association avait appelé à la démission du cardinal et annoncé, déjà, son intention de porter plainte contre lui.

→ DOSSIER - L'affaire Bernard Preynat

Le cardinal Barbarin a réagi a cette plainte sur le site du diocèse de Lyon :

Monseigneur Barbarin se met au service de la justice " avec sérénité et confiance" pour éclaircir  "ces événements, dont la complexité et l’ancienneté exigent une approche prudente". Dans cette réponse, Monseigneur Barbarin dit " qu'il n’était pas archevêque de Lyon à l’époque des faits et qu’il n’a jamais couvert aucun fait de pédophilie". Le cardinal confirme aussi qu'il a été mis au courant "en 2007,2008 pour des faits postérieurs à 1991 ". Et convaincu que "ce prêtre avait rompu avec ce passé", l’archevêque avait alors "renouvelé la mission que lui avaient donnée ses prédécesseurs". Il explique qu'il a attendu 2014 et le premier témoignage d'une victime pour suspendre le père Preynat, pour des faits prescrits. Monseigneur Barbarin a demandé l'avis de Rome pour prendre sa décision.