Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prévention des rixes : présentation de la stratégie parisienne

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Après le lancement des Etats Généraux pour la prévention des rixes, en octobre dernier, la Ville de Paris a présenté, ce jeudi, devant une salle comble, sa stratégie parisienne. Une vingtaine d'embauches de médiateurs mais surtout la mise en réseau des acteurs de terrain.

La présentation de la stratégie parisienne pour la prévention des rixes
La présentation de la stratégie parisienne pour la prévention des rixes © Radio France - Sylvie Charbonnier

Paris, France

Depuis 2016, on a comptabilisé 230 rixes, à Paris et huit jeunes tués, au cours de ces bagarres. Un constat accablant, pour la Ville de Paris qui a lancé, en octobre dernier ses Etats Généraux pour la prévention des rixes. Ce jeudi, devant une salle comble, plus de 300 personnes, la Ville a présenté sa stratégie. Autour d'Anne Hidalgo, des représentants du Parquet, de la police, des associations, des éducateurs, mais aussi des familles d'auteurs et de victimes de ces rixes. 

salle comble à la mairie de Paris pour la présentation de la stratégie de prévention des rixes - Radio France
salle comble à la mairie de Paris pour la présentation de la stratégie de prévention des rixes © Radio France - Sylvie Charbonnier

Quatre principes de base

On le sait, les rixes se déclenchent très rapidement. Elles sont fugaces, imprévisibles et parfois très violentes. Si ces conflits entre bandes rivales existent depuis longtemps, ils ont pris un tour nouveau, avec les réseaux sociaux, qui les rendent encore plus inattendues. La ville de Paris envisage quatre axes, pour tenter, malgré tout, de prévoir ces bagarres. 

Travailler avec les jeunes eux-mêmes

Souvent, les jeunes, pris individuellement, n'ont pas envie de se battre. Ils sont pris dans une sorte d'effet de groupe qui les entraîne. La Ville envisage de soutenir l'action des associations pour "élever le niveau de compréhension de ce phénomène" et travailler avec les jeunes, eux-mêmes pour les sensibiliser. 

Renforcer la capacité éducative des familles

Communiquer avec les familles, faciliter leurs liens avec les acteurs de terrain, pour tenter de prévenir les bagarres. Pour cela, la Ville alloue une enveloppe de 100 000 euros, à disposition des associations. Une vingtaine de médiateurs viennent d'être embauchés, pour servir de lien avec les familles.

Optimiser les réponses existantes

Si les associations, les éducateurs, mènent depuis longtemps des actions dans le sens de la prévention et de l'information des jeunes, la Ville souhaite fédérer les différents intervenants. 

Coordonner les actions

Une meilleure coordination des différentes structures travaillant sur le sujet, aussi bien au plan éducatif que judiciaire

Un travail sur le long terme

La salle était pleine, ce jeudi, à l'hôtel de ville de Paris. Plus de 300 personnes, pas assez de chaises pour tout le monde, il est évident que ces Etats Généraux de la prévention des rixes, intéresse les parisiens. Cela dit, les moyens seront-ils suffisants pour être vraiment efficace? Pour Anne Hidalgo, la maire de Paris, "le travail ne fait que commencer, cela ne peut se faire que sur le long terme".  Pour les associations et les éducateurs, toujours en manque de moyens, toute initiative est bonne à prendre et comme le dit Naema, éducatrice de rue dans le 15e arrondissement "on verra ce que ça donnera".