Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Primes en liquide : Claude Guéant et quatre autres personnes renvoyés en procès

-
Par , France Bleu

Claude Guéant, Michel Gaudin et trois autres personnes ont été cités à comparaître devant le tribunal correctionnel dans l'affaire des primes en liquide touchées au ministère de l'Intérieur entre 2002 et 2004, a annoncé mercredi le parquet national financier (PNF).

Claude Guéant
Claude Guéant © Maxppp

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau durant la période sur laquelle porte l'affaire des primes en liquide, est renvoyé pour complicité et recel de détournement de fonds publics, a indiqué le parquet financier ce mercredi. Le procès débutera le 28 septembre.   

L'ancien patron de la police nationale également cité à comparaître

Lui aussi très proche de Nicolas Sarkozy, Michel Gaudin a été renvoyé pour détournement de fonds publics. Patron de la police nationale au moment des faits, il était chargé des fonds ayant servi à verser ces primes. Cette décision était attendue depuis plusieurs mois.

Quelque 10.000 euros mensuels non déclarés auraient été perçus par Claude Guéant entre 2002 et 2004 , quand il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau.    

"Comme un voleur de mobylette"

Claude Guéant avait lui-même affirmé avoir touché des primes en liquide pour s'expliquer sur des factures payées en espèces et retrouvées à son domicile lors d'une perquisition dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. "On renvoie à la va-vite Claude Guéant comme un voleur de mobylette, dans un calendrier politique que tout le monde aura bien compris. Quelle urgence y avait-il ? Pourquoi ne pas avoir désigné un juge d'instruction pour enquêter?", a déploré son avocat, Philippe Bouchez el-Ghozi.   

"On veut juger des pratiques qui ont eu lieu pendant 70 ans et ont concerné des milliers de fonctionnaires", a-t-il aussi déclaré, en rappelant que les faits étaient "très anciens". Michel Gaudin et Claude Guéant avaient été placés en garde à vue en décembre 2013 dans cette affaire. C'était la première fois en France que deux anciens responsables de la police de ce niveau étaient entendus sous ce régime privatif de liberté. Trois autres anciens membres du cabinet du ministre sont renvoyés pour recel de détournement de fonds publics : Daniel Canepa, Michel Camux et Gérard Moisselin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess