Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Deux surveillants retenus en otage pendant plus de cinq heures à la prison de Condé-sur-Sarthe

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Maine, France Bleu Lorraine Nord

Deux surveillants ont été retenus en otage par un détenu ce mardi soir à la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne). Ils ont été libérés vers minuit, indemnes mais choqués. Le preneur d'otage, qui réclamait son transfert, s'est rendu aux unités d'intervention.

La prison d'Alençon-Condé-sur-Sarthe (Orne). Extérieur de la prison, mur d'enceinte et mirador. 20 septembre 2018.
La prison d'Alençon-Condé-sur-Sarthe (Orne). Extérieur de la prison, mur d'enceinte et mirador. 20 septembre 2018. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Condé-sur-Sarthe, France

Un détenu de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) a retenu en otage deux surveillants - un surveillant et une stagiaire - ce mardi soir. La prise d'otage a débuté au moment des repas à 19h40 a précisé le ministère de la Justice dans un communiqué. 

Elle s'est terminée en deux temps. Le surveillant, âgé d'une cinquantaine d'années, a été libéré peu avant minuit. Sa jeune collègue une demi-heure plus tard. Les deux sont indemnes, tout comme le détenu, qui s'est rendu sans heurt. 

Un "habitué" des prises d'otages connu pour des troubles psychiatriques

Le preneur d'otages est Francis Dorffer. Connu pour des troubles psychiatriques, il a déjà commis au moins cinq autres prises d'otages en détention. Incarcéré à 16 ans pour une courte peine à la suite d'un vol avec violence, il n’est depuis jamais sorti de prison. Il a écopé de 30 ans pour le meurtre d’un codétenu, puis a été à plusieurs fois condamné pour des séquestrations de personnel en prison. 

Demande de transfert

Inscrit au registre des détenus particulièrement signalés (DPS), il n’est pas incarcéré pour des faits de terrorisme. Le détenu agirait pour demander un transfert, afin d'être plus proche de sa famille a précisé Emmanuel Guimaraes, délégué FO pénitentiaire à une reporter de Ouest France présente sur place.

"Depuis quelques semaines, on savait que le détenu était très tendu. La prise d'otage ne nous surprend pas", a ajouté sur franceinfo Frédéric Eko, représentant du syndicat national de l’ensemble des personnels de l’administration pénitentiaire (SNEPAP). "Il est frustré à chaque réponse négative" de transfert. "Il menace et promet des prises d'otages. Dernièrement, il expliquait aux autres détenus comment faire des prises d'otages. On signale à chaque fois ces faits et gestes. La direction est au courant de cette situation" a-t-il expliqué.

Le RAID mobilisé

Une cellule de crise a été activée au sein de l'établissement en présence notamment de la préfète de l’Orne, du procureur et de la directrice interrégionale des services pénitentiaires. La direction de l’administration pénitentiaire a réuni la cellule de crise nationale, à Paris. Les équipes régionales d’intervention et de sécurité (ERIS) et le RAID sont intervenues sur place, a confirmé la ministre de la Justice sur son compte Twitter à 22h30. 

C'est dans cette même prison qu'en mars dernier, Michaël Chiolo, 27 ans, un détenu connu pour radicalisation, avait poignardé deux surveillants avant d'être neutralisé.