Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison d'Ajaccio : des avocats dénoncent des fouilles à nu de femmes et d'enfants

jeudi 16 novembre 2017 à 19:42 Par Maxime Becmeur et Marion Galland, France Bleu RCFM et France Bleu

Un "incident grave", selon les avocats. La scène remonte au 6 novembre dernier. Partis rendre visite à leurs conjoints détenus à la prison d'Ajaccio, plusieurs femmes et leurs enfants en bas âge ont fait l'objet d'une fouille à nu. Pour le parquet, les opérations ont été effectuées dans les règles.

Des avocats dénoncent une opération de fouille à nu à la maison d'arrêt d'Ajaccio.
Des avocats dénoncent une opération de fouille à nu à la maison d'arrêt d'Ajaccio. © Maxppp -

Corse, France

Plusieurs avocats, dont le bâtonnier du Barreau d'Ajaccio, une délégation de la Ligue des Droits de l'Homme et l'Associu Sulidarità se sont réunis ce jeudi soir dans la cité impériale, pour faire le récit d'un "incident grave", une "mesure dégradante et humiliante". Ils ont dénoncé des opérations de fouille à nu de femmes de détenus ainsi que de leurs enfants.

Le récit d'Elodie (1/3)

Plusieurs avocats, dont le bâtonnier du Barreau d'Ajaccio, une délégation de la Ligue des Droits de l'Homme et l'Associu Sulidarità se sont réunis ce jeudi soir dans la cité impériale, pour faire le récit d'un "incident grave". - Radio France
Plusieurs avocats, dont le bâtonnier du Barreau d'Ajaccio, une délégation de la Ligue des Droits de l'Homme et l'Associu Sulidarità se sont réunis ce jeudi soir dans la cité impériale, pour faire le récit d'un "incident grave". © Radio France - Marion Galland - France Bleu RCFM

Le récit d'Elodie (2/3)

L'incident rapporté par les avocats s'est déroulé le 6 novembre. Ce matin-là, à la prison d'Ajaccio, des fonctionnaires de police, accompagnés d'une brigade cynophile, effectuent une opération de contrôle des visiteurs. Le chien marque l'arrêt sur trois personnes, qui sont donc intégralement fouillées. Problème, selon les avocats : les fouilles à nu ont été réalisées dans un local qui n'était pas clos et aucune substance prohibée n'a été découverte. Pire encore, expliquent-ils, le bébé d'une jeune femme a également été fouillé, jusqu'à sa couche qui lui a été retirée.

Le récit d'Elodie (3/3)

De son côté, le parquet assure que l'opération de contrôle, prévue depuis plusieurs semaines, s'est déroulée dans les règles, et que la porte était fermée lors de la fouille. "Ces opérations sont très fréquentes sur le continent, mais rares ici. C'est peut-être cela qui a choqué", explique Eric Bouillard, le procureur de la République d'Ajaccio.

Me Eric Barbolosi, l'avocat de l'une des compagnes de détenus fouillées à nu.

Sur l'une des personnes, les policiers ont indiqué avoir retrouvé un message à destination d'un détenu évoquant une transaction financière. Sur une autre personne, des cigarettes ont été retrouvées. Le parquet d'Ajaccio assure qu'il n'y aura pas de poursuites cette fois, mais que d'autres contrôles de ce type pourront avoir lieu. Les avocats souhaitent saisir le Défenseur des droits pour dénoncer ce traitement qu'ils estiment "illégal, humiliant et inhumain".