Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison d'Orléans-Saran : pas de bébé dans les canalisations, la détenue a menti

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Pendant une bonne partie de la journée, ce mardi, des policiers de la DDSP ont cherché en vain le corps d'un nourrisson. La détenue qui disait avoir accouché et laissé l'enfant dans les canalisations n'était en fait pas enceinte.

La détenue disait être enceinte de 7 mois, il n'en était rien.
La détenue disait être enceinte de 7 mois, il n'en était rien. © Radio France - François Gueroult

Saran, France

Des policiers de la Direction départementale de la sécurité publique et une entreprise d'assainissement ont été mobilisés une bonne partie de la journée ce mardi pour tenter de trouver le corps d'un nourrisson... qui n'a en fait jamais existé. L'alerte avait été donnée le matin même par une détenue âgée de 29 ans, qui disait être enceinte de sept mois.

La jeune femme, incarcérée depuis le 9 avril 2019 pour vol et escroquerie avait déclaré attendre un enfant lors de son entrée en prison. Mais impossible pour l'administration pénitentiaire de vérifier car elle refusait systématiquement tout examen médical. Dans la nuit de lundi à mardi, elle se plaint auprès des surveillants de douleurs et de saignements. Les premiers secours sont pratiqués puis elle est emmenée à l'hôpital d'Orléans-la Source.

La détenue doit être entendue

C'est une fois entre les mains du personnel médical qu'elle dit avoir accouché dans les toilettes de sa cellule et affirme avoir laissé le nourrisson dans les canalisations. La détenue le savait : depuis la veille, la tuyauterie était bouchée, et c'est donc de là qu'est parti le quiproquo. Ce mardi soir, la jeune femme est toujours hospitalisée. Elle sera ultérieurement entendue et risque des poursuites pour dénonciation d'une infraction imaginaire : en l’occurrence, un infanticide. L'enquête ouverte doit à présent être refermée.