Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison de Borgo: Le spectre d'une nouvelle agression plane selon les syndicats

lundi 23 avril 2018 à 19:14 Par Boris Loumagne et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

Il y a trois mois, deux gardiens de la prison de Borgo (Haute-Corse) étaient violemment agressés par un détenu. L’Etat avait promis des moyens. Les syndicats pénitentiaires disent être encore dans l’attente. Une nouvelle agression est à craindre selon eux.

Prison de Borgo, les syndicats pénitentiaires sont encore dans l'attente de mesures
Prison de Borgo, les syndicats pénitentiaires sont encore dans l'attente de mesures © Maxppp -

Borgo, France

Apres l’agression de ses collègues en janvier dernier, le personnel de la prison de Borgo avait entamé une grève. Il demandait une revalorisation de son statut mais aussi des moyens supplémentaires pour isoler les détenus violents et radicalisés. 

La grève s’était terminée avec une promesse, celle d’isoler les détenus radicalisés. Trois mois plus tard, les syndicats pénitentiaires disent être toujours dans l’attente. Selon eux, les détenus violents ou en voie de radicalisation ne seraient toujours pas isolés, comme promis par la direction interrégionale après l'attaque. 

La crainte d’une nouvelle agression

Pour Raphael Barralini, le délégué régional Force Ouvrière (FO) pour les établissements pénitentiaires de Corse, "il y a des remontées du personnel du terrain, mais pour le moment c’est le statu quo. Il n’y a pas eu d’évolution depuis le 19 Janvier 2018. Aujourd’hui nous sommes toujours sur le même fonctionnement, les détenus radicalisés sont toujours mélangés aux autres et je crois qu’on peut prier pour qu’il ne se passe rien d’autre. Des éléments, des comportements de certains détenus nous font penser qu'ils sont sur la voie de la radicalisation. Je pense que les personnels ne sont pas assez écoutés sur Borgo [...]. Aujourd’hui on attend des retours et il va falloir prendre des décisions rapidement."

Raphael Barralini délégué régional FO pour les établissements pénitentiaires de Corse