Faits divers – Justice

Prison de Sequedin : les travaux de sécurisation des parloirs ont commencé

Par Eric Turpin, France Bleu Nord mercredi 19 février 2014 à 7:00

La maison d’arrêt de Sequedin, près de Lille dans le Nord
La maison d’arrêt de Sequedin, près de Lille dans le Nord © Patrick James - MaxPPP

Dix mois après l'évasion de Rédoine Faïd, les travaux ont commencé à la maison d'arrêt de Sequedin pour sécuriser les parloirs. Ils vont durer au moins jusqu'à l'été. Montant de facture : 850.000 euros.

Sequedin, dans le département du Nord - Aucun(e)
Sequedin, dans le département du Nord
L'été prochain, les parloirs de la prison de Sequedin seront plus sûrs. Dix mois après l'évasion de Redoine Faïd, les travaux de sécurisation ont débuté lundi. Ils vont durer au moins six mois.

Parmi les nouvelles installations, un portique à ondes millimétriques. Il s'agit en fait d'un scanner corporel qui permet de voir si un détenu ou une personne qui lui rend visite, porte un produit ou un objet interdit. 

Le 9 avril 2013, le braqueur s'était fait la belle en se rendant au parloir, faisant exploser des portes et prenant quatre otages. Peu de temps après, la garde des sceaux Christiane Taubira avait promis des améliorations. 850.000 euros ont été débloqués pour ces travaux.

Depuis l'évasion de Rédoine Faïd, les familles affirment que les mesures de sécurité ont été renforcées, les fouilles sont plus systématiques et plus poussées.

Les parloirs, un moment plus difficile

"Bientot on dira que c'est nous les délinquants" , déplore Nicole, venue rendre visite à son ex mari. Elle vit mal ces mesures de sécurité. Il y a un mois, elle a du se déshabiller dans une cabine pour être fouillée par une femme douanier. "C'est inacceptable" , raconte t-elle. "L'évasion si elle a été faite, c'est par des complicités de l'intérieur, pas de l'extérieur" .

Claudia, 20 ans, vient trois fois par semaine rendre visite à son père incarcéré. "Je le prends dans mes bras et je l'embrasse. Mais quand on est trop rapproché, ils peuvent ouvrir la porte et nous demander de nous séparer un peu parce qu'ils ne voient pas ce que l'on fait" .

Son père a été fouillé à la sortie du parloir. Claudia, elle, a déjà été fouillée à l'entrée. C'est un stress permanent à chaque visite. "Il faudrait nous laisser un peu tranquille pendant les 40 minutes que l'on a le droit de passer ensemble" , conclue t-elle. 

Le reportage de Cécile Bidault à la prison de Sequedin

La maison d'arrêt de Sequedin a ouvert en avril 2005 avec 638 places. - Maxppp
La maison d'arrêt de Sequedin a ouvert en avril 2005 avec 638 places. © Maxppp

Nicolas Caron, délégué national du syndicat Force Ouvrière pénitentiaire.

Partager sur :