Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison ferme contre l’agresseur de commerçants d’Ajaccio

-
Par , France Bleu RCFM, France Bleu

Le tribunal correctionnel d’Ajaccio a condamné, mardi 3 janvier 2017, Sabri Ouerghi à huit mois de prison, dont quatre avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve. L’homme de 26 ans avait agressé un couple de commerçants le 3 décembre dernier.

Le couple de commerçants ajacciens après son agression en décembre dernier
Le couple de commerçants ajacciens après son agression en décembre dernier © Radio France -

Ajaccio, France

Après avoir condamné Sabri Ouerghi à de la prison ferme, le tribunal correctionnel d’Ajaccio a décidé du maintien en détention de l’accusé. Il a été reconnu coupable de violences, non aggravées, contrairement à cec que souhaitait dans son réquisitoire le procureur de la République qui avait réclamé une peine de prison de six mois.

Le 3 décembre dernier, deux mineurs avaient tenté de dérober différents articles dans deux enseignes de sport d’Ajaccio. Pris la main dans le sac, ils avaient alors appelé Sabri Ouerghi pour qu’il vienne régler la note. Les choses s’étaient alors envenimées.

La décision du tribunal correctionnel a satisfait Me Anna-Maria Sollacaro. L’avocate de la partie civile a indiqué après l’audience que « les victimes souhaitaient être reconnues en leur qualité de victimes. Il n’est pas question dans ce dossier d’une rixe, d’un échange de coup. Non, il est question d’une agression » a précisé l’avocate du barreau d’Ajaccio, indiquant qu’il s’agit « d’un verdict d’apaisement. La justice passe comme nous le voulions sur la réalité des faits » a-t-elle commenté.

Me Anna-Maria Sollacaro, avocate des commerçants ajacciens agressés

De son côté, Me Philippe Gatti, défenseur de Sabri Ouerghi, a considéré que « le tribunal a très bien compris le contexte. Ce qui a fortement déplu au tribunal correctionnel, ce sont les mensonges de la partie civile qui a voulu hystériser et manipuler cette affaire au service d’une idéologie qui traine maintenant sur la fachosphère corse. Ce genre de petite délinquance va, à l’avenir je pense, servir de tremplin à certaines personnes qui défendent certains intérêts idéologiques. Il y a un mois, on présentait ça comme une bande de sarrasins à l’assaut de la civilisation occidentale ».

Me Philippe Gatti, avocat de Sabri Ouerghi

Me Gatti a été interpellé à la sortie du palais de justice d’Ajaccio par l’un des proches du couple de commerçants. Les deux hommes ont failli en venir aux mains. Il a fallu l’intervention de l’avocate de la partie civile et la mise en place d’un cordon de policiers pour permettre un retour au calme.

Choix de la station

France Bleu