Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Prison ferme pour trois gilets jaunes à Reims

vendredi 23 novembre 2018 à 19:11 - Mis à jour le vendredi 23 novembre 2018 à 19:57 Par Philippe Rey-Gorez et Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Trois "gilets jaunes" ont été condamnés à des peines de prison ferme, ce vendredi 23 novembre par le tribunal correctionnel de Reims. Ils sont accusés de violences et de dégradations lors d'un barrage filtrant. Une policière avait été blessée.

Illustration
Illustration © Maxppp - Fabrice Hebrard

Reims, France

Ce sont les premiers "gilets jaunes" condamnés à Reims : trois hommes ont été condamnés ce vendredi 23 novembre à des peines d'emprisonnement ferme, par le tribunal correctionnel de Reims. 4 mois, 12 mois, et 18 mois de prison ferme, mais sans mandat de dépôt, et avec possibilité d'aménagement de peine. L'un d'eux dort tout de même en prison ce soir, mais pour une autre affaire. 

Ces hommes, âgés de 31, 34 et 42 ans, sont poursuivis pour outrages sur agents dépositaires de l'autorité publique, violences et dégradations lors d'un barrage filtrant organisé le 17 novembre à Reims, avenue de Champagne. 

Plus de 40 jours d'ITT pour une policière blessée

Ce samedi là, le rassemblement des gilets jaunes dégénère lorsqu'un automobiliste tente d'avancer malgré le barrage filtrant, il est frappé. Puis s'ensuit un mouvement de foule, où plusieurs policiers tentent d'intervenir pour calmer la situation. C'est à ce moment là qu'une policière en civil est agressée. 

Brassard de police autour du bras, elle faisait des photos des manifestants quand un des "gilets jaunes" lui a arraché son appareil photo avant de la projeter à terre. La fonctionnaire de police, qui souffre notamment d'un poignet cassé, a eu 42 jours d'incapacité totale de travail (ITT). La scène a été filmée puisqu'un autre policier était à ses côtés, un membre de la police technique, pour filmer. 

Pas de casier judiciaire pour l'un des trois prévenus 

Sur les trois "gilets jaunes" jugés ce vendredi à Reims, l'un d'eux n'a pas de casier judiciaire. Cet employé d'une maison de Champagne présenté par son avocat comme "Monsieur tout le monde", écope de la plus lourde peine : 18 mois de prison ferme. C'est lui qui est accusé d'avoir projeté à terre la policière le 17 novembre. "Effectivement, j'ai commis un acte irréparable, mais je présente mes profondes excuses", a t-il déclaré à l'audience.