Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison ferme pour le conducteur du quad fou sur l’Étape du Tour au Grand-Bornand

mercredi 1 août 2018 à 19:18 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie

Ce mercredi, le tribunal correctionnel d’Annecy a condamné à deux ans de prison dont un avec sursis le pilote du quad qui avait semé la panique et blessé un cycliste lors de l’étape du Tour (le 8 juillet) au Grand-Bornand.

Ce mercredi, le conducteur du quad fou de l’Etape du Tour a été condamné à de la prison ferme par le tribunal correctionnel d'Annecy.
Ce mercredi, le conducteur du quad fou de l’Etape du Tour a été condamné à de la prison ferme par le tribunal correctionnel d'Annecy. © Radio France - Richard Vivion

Annecy, France

Le conducteur du quad fou qui avait semé la panique et blessé un cycliste sur "l’Étape du Tour", le 8 juillet au Grand-Bornand, a été condamné ce mercredi à deux ans de prison dont un avec sursis et maintien en détention. Le tribunal d’Annecy a assorti son jugement d’une obligation de se soins. Diagnostiqué bipolaire depuis une vingtaine d’années, cet homme âgé de 57 ans a reconnu ne pas toujours suivre son traitement. Il était poursuivi pour refus d'obtempérer aggravé par mise en danger d'autrui, de blessures involontaires aggravées et de rébellion. 

Il avait forcé huit barrages de gendarmerie

Le dimanche 8 juillet, il avait au guidon de son quad forcé huit barrages de gendarmerie lors de "l’Etape du Tour", une épreuve cycliste amateur. Pris en chasse sur plus de 20 km par les forces de l’ordre, il avait dangereusement zigzagué entre les cyclistes. C’est juste avant la ligne d’arrivée au Grand-Bornand qu’il avait percuté un des participants. La victime a été blessé au poignet. L’irruption de cet engin sur le parcours de l’épreuve avait semé un vent de panique parmi les nombreux participants et spectateurs. "On a pensé à un attentat, comme sur la Promenade des Anglais à Nice", avait expliqué une jeune mère de famille témoin de la scène.

"Pardon"

Ce mercredi devant le tribunal, l’homme a expliqué qu’il avait forcé le passage pour aller secourir son fils. Ce dernier disputait l'épreuve et il pensait qu’il avait été victime d’une chute au milieu du parcours. "Je demande pardon aux gendarmes et à tous ceux que j’ai pu effrayer", a-t-il déclaré à la barre du tribunal. Pour son avocate, le maintien est détention est incompatible avec son état de santé. "Il n'est pas dangereux mais son état psychologique est celui d'une personne qui souffre d'un trouble bipolaire", a plaidé maître Pauline Cornut. Dans son jugement, le tribunal d'Annecy a d'ailleurs retenu la notion d'altération du discernement. "Il n'est pas impossible que nous fassions appel", a déclaré ce soir l'avocate.