Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison ferme requise au procès des millions détournés à Caen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le procureur a requis 4 ans de prison dont 18 mois avec sursis contre un ancien salarié du groupe Défiviande Maxiviande poursuivi pour avoir détourné 4 millions d'euros. Le magistrat réclame un an de prison avec sursis contre 4 autres personnes pour recel, mais rien contre les 29 autres prévenus.

Le tribunal correctionnel de Caen juge pendant quatre jours un ancien contrôleur de gestion qui a détourné près de quatre millions d'euros.
Le tribunal correctionnel de Caen juge pendant quatre jours un ancien contrôleur de gestion qui a détourné près de quatre millions d'euros. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

L'heure des réquisitions a sonné au troisième jour du procès des millions détournés à Caen devant le tribunal correctionnel. Un homme de 49 ans, ancien contrôleur de gestion du groupe Défiviande Maxivande (aujourd'hui Coop Services - Coop Saveurs) basé à Hérouville Saint Clair (Calvados), est jugé pour avoir détourné près de quatre millions d'euros. Il comparait avec 33 autres personnes physiques ou morales. 

"Il est important dans ce dossier de donner une réponse vis à vis de tous les autres contrôleurs de gestion".

Après s'être longuement posé la question de la peine qu'il devait réclamer, le procureur en arrive à ce constat. "Il n'y a certes pas eu d'atteinte corporelle, le préjudice étant économique et financier, mais le prévenu a fait beaucoup de mal aux autres". Le procureur revient sur ce moment fort de l'audience vendredi quand Claude Peronne, président historique du club de foot de Thaon, et dont le nom a baptisé la fameuse coupe, est venu à la barre. "Le prévenu a trahi la confiance de cet homme qui a pleuré ici devant nous. C'est un escroc qui a manipulé tout le monde pendant des années", conclut-il.

Un mégalomane qui a causé un préjudice considérable

"Pas vu pas pris, il a continué en se disant que ça allait finir par s'arrêter, poursuit le procureur, mais il est allé jusqu'à monter un tournoi international de foot !" Il rappelle que le prévenu a caché des documents compromettants, les confiant dans un sac plastique au fils de Claude Peronne (!), qui ne savait pas de quoi il s'agissait. "Il était peut-être déprimé, mais aussi malin et astucieux. Donc les excuses oui, mais ça ne suffit pas", conclut le procureur qui requiert une peine de quatre ans de prison dont 18 mois assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve. Ce  sursis devra comprendre l'obligation d'indemniser ses victimes et l'interdiction d'exercer une profession en lien avec les faits reprochés. En clair, le prévenu qui a retrouvé un emploi de contrôleur de gestion ne pourrait plus l'exercer si la peine était prononcée. 

Prison avec sursis requise pour quatre autres prévenus

"Il y a des receleurs dans ce dossier et il faut les condamner" estime le procureur. Selon lui, les 3 cogérants de la SCI (société civile immobilière) du prévenu, ainsi qu'un ami d'enfance qui a profité d'importants investissements pour sa start-up, auraient dû s'interroger sur l'origine des fonds. Il réclame à leur encontre un an de prison avec sursis. 

Quant aux 29 autres prévenus, dont Claude Peronne, dont le Stade Malherbe de Caen, dont un magasin d'informatique, dont une société d'aviation d'affaires, "cette majorité de prévenus ne pouvait pas se poser de questions", estime le procureur. Il lui semble donc difficile d'entrer en voie de condamnation à leur encontre.

L'avocat de la partie civile réclame d'importantes sommes d'argent

Un peu plus tôt dans la journée, l'avocat du groupe ex Défiviande Maxiviande, aujourd'hui coop Services et Coop Saveurs a réclamé d'importantes sommes d'argent. Le but étant de tenter de récupérer les près de quatre millions d'euros qui ont été détournés par le principal prévenu. 

Les avocats de la défense plaideront ce mardi, dernier jour du procès, et la décision du tribunal devrait être mise en délibéré à une date ultérieure. 

Choix de la station

France Bleu