Faits divers – Justice

Prisonniers basques : une commission doit donner son avis avant chaque libération

Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque mercredi 14 décembre 2016 à 20:29

Un rassemblement de soutien mercredi à Bayonne
Un rassemblement de soutien mercredi à Bayonne © Radio France - Bixente Vrignon

Une nouvelle disposition de la loi anti-terroriste est appliquée à Jon Parot. Les juges ont décidé de consulter une commission spéciale, pour connaitre son avis avant de décider de sa libération

Jon Parot a soumis une cinquième demande de mise en liberté. Il attendait une réponse pour mercredi 14 décembre, mais il devra attendre. Les juges consultent d'abord une commission spéciale, formée de policiers et de représentants d'associations de victimes du terrorisme. Elle doit se prononcer sur la "dangerosité" du prisonnier. C'est une émanation de la nouvelle loi anti-terroriste promulguée le 3 juin dernier. Les proches du condamné estiment qu'ils s'agit d'un obstacle supplémentaire qui s'applique rétrospectivement.

Oihana Parot, sa nièce: "Mon oncle a un certain âge maintenant, et nous avons peu d'espoir"

Ce jeudi 15 décembre, la justice doit se prononcer sur le cas d'Ibon Fernandez Iradi, chef de l'appareil militaire d'ETA, qui est atteint d'une sclérose en plaque. Bernard Kouchner, auteur du texte de loi sur la suspension de peine pour les prisonniers malades a signé un texte pour appuyer sa demande de libération.