Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès pour assassinat à Izon en 2016 : réquisitions et verdict attendus ce vendredi

-
Par , France Bleu Gironde

Le procès de Jérémy pour l'assassinat présumé de son amie Eva, à Izon en 2016, arrive à son terme devant la cour d'assises de Bordeaux. Avant le verdict attendu ce vendredi, l'audience de ce jeudi a été rythmée par l'interrogatoire de l'accusé et les plaidoiries des parties civiles.

La salle de la cour d'assises de Gironde
La salle de la cour d'assises de Gironde © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le verdict du procès de Jérémy, ce Girondin de 22 ans jugé pour l'assassinat présumé de son amie Eva, à Izon en 2016, est attendu ce 26 février. C'est également ce vendredi que les plaidoiries de la défense ainsi que les réquisitions de l'avocat général, repoussées, vont avoir lieu. Ce 25 février, l'audience a été consacrée à l'interrogatoire de l'accusé et aux plaidoiries des avocats des parties civiles. 

Face aux questions de la cour d'assises, Jérémy a maintenu sa version des faits : la mort d'Eva est un tragique accident. "Bien sûr que ça paraît trop gros, mais c’est la vérité, a réaffirmé le jeune homme au président de la cour. Jamais je n’aurais foncé sur Eva". S'il a emprunté la voiture de sa mère le jour des faits, c'était pour se "donner la mort" afin d'atteindre Vincent, son pilier qui l'avait "abandonné" pour vivre une histoire d'amour avec la même Eva. "Vincent, je l'ai énormément aimé, plus qu'un frère", a raconté Jérémy à la barre. "Je me suis posé des questions sur ma sexualité, je pensais l'aimer d'amour. Mais quand je suis allé chez lui" à Saint-Etienne, "je me suis rendu compte que c'était de l'amitié. Une amitié que je n'avais jamais eu", a-t-il expliqué. 

Selon Jérémy, lorsqu'il a percuté Eva en voiture le 7 décembre 2016 route de la Fosse du Moulin à Izon, peu après 14h30, il n'a pas réalisé l'identité du piéton renversé. "Quand je m'aperçois que j'ai heurté Eva, mon amie, c'est une vision d'horreur", a-t-il dit, les yeux baissés dans un rare moment d'émotion lors de son interrogatoire. 

"Vous offensez la justice" 

Mais la version de Jérémy n'a pas convaincu les avocats des parties civiles, qui ont insisté sur "l'absence d'émotion" du jeune homme et "l'horreur" vécue par la famille d'Eva. "Je me bats pour dire que c’est un accident, parce que c’est la vérité, a rétorqué l'accusé. Eva était trop douce, trop gentille avec moi. Je ne lui en ai jamais voulu."  

Au cours de leurs plaidoiries, les avocats des parties civiles ont également insisté sur les mots de Jérémy lors de son appel aux secours, juste après l'accident. Les enregistrements de ces conversations avaient été diffusés pendant le procès. "Il dit l'avoir fait exprès, sciemment. On a des aveux", a estimé Me Etienne Bouchareissas. Quant à son confrère, Me Arnaud Dupin, il s'est adressé à l'accusé en ces termes : "Abandonnez cette théorie crapuleuse de l'accident. En mentant à la famille, en la privant de la vérité, vous offensez la justice." 

Les plaidoiries de la défense, les réquisitions de l'avocat général, le délibéré et le verdict sont au programme de la dernière journée du procès de Jérémy, ce 26 février. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess