Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès pour assassinat à Izon en 2016 : l'accusé condamné à 20 ans de réclusion criminelle

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Jérémy, un Girondin de 22 ans, a été reconnu coupable ce vendredi de l'assassinat de son amie Eva à Izon, en 2016. La cour d'assises de Bordeaux l'a condamné à 20 ans de réclusion criminelle, assortie de trois ans de suivi socio-judiciaire.

La cour d'assises de la Gironde
La cour d'assises de la Gironde © Radio France - Bastien Deceuninck

20 ans de réclusion criminelle. C'est la peine à laquelle a été condamné ce 26 février Jérémy, reconnu coupable de l'assassinat de son amie Eva. Le 7 décembre 2016, il avait renversé la jeune femme de 18 ans en voiture, route de la Fosse du Moulin à Izon. La cour d'assises de Bordeaux a également condamné l'accusé à une obligation de suivi socio-judiciaire pendant trois ans. 

Pour la famille d'Eva, le verdict n'est pas assez lourd. "Il va bénéficier de la bonne conduite et sortira bien avant" la fin de sa peine, estime Christian, le père de la victime. "Et il sera probablement un danger à l'extérieur. Ce que je ressens du fonctionnement de la justice, c'est que la vie humaine n'a pas beaucoup de valeur", regrette-t-il.  

Même si "je ne pourrais jamais digérer cela, parce que ma fille ne sera plus jamais là", le père d'Eva espère tout de même que "si elle nous voit, si elle nous entend, elle sait qu'on a parlé d'elle et qu'on lui a rendu justice. C'est le plus important."  

L'avocat général avait requis une peine de 22 à 25 ans de réclusion criminelle, ainsi qu'un suivi socio-judiciaire de cinq ans. S'il avait retenu l'âge de Jérémy au moment des faits, à savoir 18 ans, comme circonstance atténuante, il avait souligné le "cas d'école" dans la lutte contre les violences faites aux femmes que représente la mort d'Eva. L'accusé a 10 jours pour faire appel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess