Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès Balkany : cinq ans de prison dont quatre fermes requis contre Patrick Balkany

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

En appel, le parquet général a requis des peines de prison ferme contre les époux Balkany, ce mardi après-midi, dans leur procès pour blanchiment aggravé de fraude fiscale.

Les époux Balkany.
Les époux Balkany. © Maxppp - Christophe Morin

Le parquet général a requis cinq ans de prison, dont quatre ans fermes, à l'encontre de Patrick Balkany dans le procès en appel de l'ex-maire de Levallois-Perret et de son épouse pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Contre son épouse, Isabelle, l'avocat général a requis quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis. Le ministère public n'a pas réclamé de mandat de dépôt à leur encontre. 

Par ailleurs, le parquet général a requis une condamnation à dix ans d'inéligibilité pour Patrick et Isabelle Balkany. Une peine qu'il souhaite assortie d'une exécution provisoire. Enfin, il demande la confiscation des biens des époux déjà saisis par la justice.  

Des réquisitions moins sévères qu'en première instance. Le tribunal avait condamné Patrick Balkany à cinq ans de prison pour blanchiment, avec incarcération immédiate, mais l'avait relaxé du délit de corruption. Isabelle, elle, s'était vu infliger quatre ans d'emprisonnement, mais sans mandat de dépôt, eu égard à sa santé fragile. Tous deux avaient été condamnés à dix ans d'inéligibilité et le tribunal avait ordonné la saisie de leurs biens et avoirs, notamment leur moulin à Giverny (Eure).  

Le couple était jugé pour avoir caché 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, "Pamplemousse" aux Antilles et "Dar Guycy" à Marrakech. Dans son réquisitoire, l'avocat général évoque “l'habileté [des époux Balkany] à construire des mécanismes complexes dans les méandres desquels la vérité se dissout”.

L'avocat de Patrick Balkany demande sa libération immédiate

Plus tôt lors de l'audience, l'avocat de Patrick Balkany a demandé une nouvelle fois sa libération immédiate après une expertise médicale relevant un "état général dégradé", "pas compatible" avec la détention. 

La présidente du tribunal en a lu le compte-rendu. Selon cet examen, Patrick Balkany, régulièrement hospitalisé depuis la mi-décembre, est "porteur de maladies sérieuses", notamment un "infarctus mésentérique".  

Il est fait état de la "dégradation manifeste de l'état général" d'un homme de 71 ans qui présente un "état dépressif marqué" : un état qui "ne paraît pas compatible avec une détention ordinaire"

L'avocat du maire, Maître Romain Dieudonné, a demandé à la cour d'appel de "prendre ses responsabilités" en ordonnant "d'office" la "libération immédiate" de son client. Après une brève suspension, la cour l'a invité à "déposer une demande de mise en liberté en bonne et due forme"

Patrick Balkany est incarcéré depuis sa condamnation pour fraude fiscale le 13 septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess