Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rennes : 30 ans de réclusion assortie d'une période de sûreté de 18 ans pour Nicolas Le Bouch

jeudi 23 novembre 2017 à 17:51 Par Fanny Beaurel et Loïck Guellec, France Bleu Armorique

Nicolas Le Bouch condamné à 30 ans de réclusion criminelle assortie d'une période de sûreté de 18 ans pour le meurtre de Lucie Beydon. Cette étudiante de 20 ans avait été poignardée d'une vingtaine de coups de couteau à Rennes en 2004. Verdict des assises d'Ille-et-Vilaine ce jeudi soir.

Le verdict de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine est attendu ce jeudi
Le verdict de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine est attendu ce jeudi © Radio France - Timour Ozturk

Rennes, France

L'expert psychiatre venu à la barre mercredi devant les assises d'Ille-et-Vilaine dresse un portrait plutôt glaçant de Nicolas Le Bouch. il le décrit d'abord comme un pervers, un homme impulsif et psychorigide qui a de grosses difficultés dans ses relations avec les autres et surtout avec les femmes. Sur ce point, l'expert psychiatre est clair : l'accusé les considère comme des objets qui servent à assouvir ses fantasmes provoqués à chaque fois par le visionnage de films pornographiques. "Le but pour lui, c'est de reproduire ce qu'il y voit" d'où les exhibitions et les agressions sexuelles. Ce qui compte pour Nicolas Le Bouch selon l'expert c'est la pulsion du moment et le plaisir qu'il en retire.

Une récidive pas à exclure

L'expert évoque aussi le manque d'empathie de l'accusé pour ses victimes, pas même pour Lucie Beydon. Nicolas Le Bouch, qui reconnait le meurtre, s'en défend, dit comprendre la douleur de la famille mais depuis le début de ce procès il semble complètement détaché de la violence de ses actes. Le psychiatre explique cependant qu'il a une intelligence normale, il n'a aucune abolition ou altération de son discernement, autrement dit il est accessible à une sanction pénale à et à l'expert de préciser qu'une récidive ne serait pas à exclure.

Le témoignage poignant de la maman de Lucie

"Lucie notre lumière s'est éteinte assassinée il y a 4827 jours exactement" . C'est par ces mots que Marie Christine Beydon débute son témoignage. La maman de Lucie rassemble tout son courage pour parler de sa fille, joyeuse, généreuse, une jeune femme qui avait le talent, dit elle, de rendre les gens heureux. Elle et son mari avaient installé Lucie dans son appartement de Rennes deux semaines à peine avant le drame : "Nous étions rassurés qu'il y ait un interphone en bas de l'immeuble". Lucie repart à Brest avec ses parents et le jour du vrai grand départ le 29 août, elle est sur le quai de la gare . " Je lui ai dit Fais attention à toi sans me douter que je ne reverrais plus jamais son sourire".

Marie Christine Beydon tient le coup devant la cour "Je ne pleurerai pas devant vous, la douleur c'est trop intime. Nous sommes condamnés au deuil à perpétuité". La maman de Lucie explique aussi que pendant 10 ans elle a eu la hantise que le meurtrier de sa fille récidive. Nicolas Le Bouch, la tête rentrée dans les épaules ne veut pas entendre, il met ses mains sur les oreilles.

La réclusion criminelle à perpétuité avait été requise ce jeudi matin par l'avocat général à l'encontre de Nicolas Le Bouch;