Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Procès d'un octogénaire pour assassinat à Dijon : aucune altération du discernement

lundi 28 janvier 2019 à 19:19 Par France Bleu Bourgogne, France Bleu Bourgogne

Un octogénaire est accusé d'avoir assassiné sa compagne de plusieurs coups de marteau et de couteau en 2016. Devant la cour d'assises de Dijon, les débats du jour ont permis de saisir davantage la personnalité de l'accusé.

Les débats de la journée ont principalement porté sur la personnalité de l'accusé. Image d'illustration.
Les débats de la journée ont principalement porté sur la personnalité de l'accusé. Image d'illustration. © Radio France - Émilie Pou

Dijon, France

"L'accusé a une peur irrationnelle d'être abandonné, il redoute d'être grugé". Devant la cour d'assises de Dijon, le docteur Claden, qui a longuement expertisé l'octogénaire dresse le portrait d'un homme ordinaire, marqué par des déceptions amoureuses et paranoïaque. 

D'abord, sa première femme, qui lui aurait été infidèle. Puis, sa deuxième épouse avec qui il est resté 20 ans, morte d'un cancer. Ce drame envoie le mis en cause en hôpital psychiatrique pour une dépressions sévère. Par la suite, l'homme enchaîne les relations infructueuses, notamment via des petites annonces passées dans le journal.

Pour l'expert, l'accusé aurait donc développé sans s'en rendre compte une forme de paranoïa, qui le pousse à se sentir en permanence utilisé. 

Pas d'altération du discernement

C'est pour cette raison qu'il dit avoir tué sa maîtresse de plusieurs coups de couteau et de marteau en juin 2016 dans un parking. 56 plaies seront relevées au total. 

Le retraité a l'impression de servir de marionnette, qu'elle se sert de lui pour son argent.  Pour autant, l'expert n'arrive pas à comprendre ce qui déclenche le passage à l'acte. "Aucune anomalie mentale au moment des faits n'a été détectée", souligne le docteur Claden. 

Aucune altération du discernement n'a donc été retenue. Au moment des faits, et pendant les vingt kilomètres parcourus pour se rendre au domicile de sa maîtresse, l'accusé avait donc les idées claires.  Aucune trace d'alcool ou de stupéfiants n'a par ailleurs été relevée lors des analyses toxicologiques. Le verdict sera rendu demain.