Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Procès Daniel Aventur à Pau : l'accusé face à son "mur de mensonges"

-
Par , France Bleu Béarn

Au deuxième jour du procès en appel de Daniel Aventur pour le meurtre de sa mère en mai 2013 dans les Hautes-Pyrénées, les circonstances de "l'accident" restent floues. Et un personnage cristallise l'attention de la Cour d'assises : un certain "Barry", que l'accusé désigne comme son complice.

Le procès en appel de Daniel Aventur a lieu jusqu'à vendredi à Pau.
Le procès en appel de Daniel Aventur a lieu jusqu'à vendredi à Pau. © Radio France - Suzanne Shojaei

C'est le nouveau protagoniste de l'histoire. Barry, l'homme à "l'oeil fermé" que certains témoins ont aperçu aux côtés de Daniel Aventur, mais que ce dernier n'avait jusqu'alors jamais inclus dans son récit. Ce mardi, au premier jour du procès en appel devant la Cour d'assises de Pau, Daniel Aventur avait présenté une nouvelle version des faits, avouant pour la première fois qu'il "était là" lors de "l'accident", mais que Barry était responsable de la mort de sa mère adoptive.

Dominique Aventur, 57 ans, est portée disparue depuis mai 2013 à Loucrup. Son corps n'a jamais été retrouvé. Daniel Aventur a été condamné en première instance à 18 ans de prison. 

Ce mercredi, la cour a donc tenté d'obtenir plus de détails sur ce nouveau scénario. Le soir du 4 mai 2013, Daniel serait rentré chez sa mère pour lui demander de l'héberger. Sa mère adoptive, avec qui il avait des relations très difficiles, aurait refusé de le recevoir. Daniel aurait alors appelé un ami, Barry, avec qui il aurait tenté d'entrer dans la maison par la fenêtre. 

Dominique Aventur, la mère adoptive de Daniel, aurait voulu les en empêcher. Barry l'aurait violemment repoussée et elle serait morte en tombant

Des explications incohérentes

L'avocat de la partie civile le mitraille de questions. Mais rien n'y fait. Daniel Aventur ne livre pas la fin de l'histoire. Ses propos décrivent une seule image, celle du corps de sa mère enveloppé dans un sac de couchage. Où a-t-il été transporté ? "Je ne sais pas."

On sait très bien que Daniel est un menteur                          
— un gendarme

Daniel Aventur est décrit par les gendarmes enquêteurs comme un "caméléon" qui "ment dès qu'il est dans une situation délicate". Un jeune homme qui "n'a jamais trouvé sa place". Il vit en orphelinat dès ses 3 ans à Haïti puis il est adopté en France à 7 ans, par une femme "qui l'a rejeté"

Qui est Barry ?

Au sujet du supposé complice, la présidente s'impatiente. "Pourquoi parlez-vous de Barry sept ans après la disparition de votre mère ? Pourquoi ne pas l'avoir dénoncé plus tôt ?" L'accusé n'a "pas eu le courage". Barry, c'est l'homme que plusieurs témoins distinguent grâce à son "oeil fermé". Il se trouverait aujourd'hui en Allemagne.

Le témoignage troublant d'un codétenu 

Ce mercredi, la monitrice de sport de la prison de Tarbes s'est exprimée. Elle devait revenir sur les propos qu'un détenu lui avait rapportés en novembre dernier. "Le codétenu de Daniel m'a dit qu'il connaissait l'existence d'un complice et que ce dernier était parti en Allemagne." Le prisonnier faisait référence à une discussion qu'il aurait eu avec Daniel Aventur, dans leur cellule. 

Je lui ai expliqué que je n'avais pas tué ma mère.              
— Daniel Aventur

Il est donc question d'un énième scénario. Selon ce codétenu, Daniel lui aurait expliqué qu'il avait tué sa mère à coups de marteau et qu'il aurait placé son corps dans une malle remplie d'acide. L'accusé dément ces propos. "Mais alors, comment votre codétenu peut-il connaître l'existence de Barry, puisque vous nous en parliez pour la première fois hier ?", demande la présidente. "Je ne sais pas."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu