Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Faits divers – Justice DOSSIER : Francis Heaulme jugé pour le double-crime de Montigny-lès-Metz

VIDÉOS - Affaire de Montigny-les-Metz : 32 ans de rebondissements et un sixième procès

dimanche 2 décembre 2018 à 18:01 Par Rachel Noël et Blandine Costentin, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Francis Heaulme est jugé en appel, du 4 au 21 décembre, pour le double crime de Montigny-lès-Metz. Le 28 septembre 1986, deux enfants de 10 ans étaient retrouvés assassinés à coups de pierre sur une voie de chemin de fer. A l'aube du sixième procès pour cette affaire, retour sur les faits.

Le talus de la rue Vénizelos à Montigny les Metz à l'époque du double meurtre
Le talus de la rue Vénizelos à Montigny les Metz à l'époque du double meurtre © Maxppp - PHOTOPQR/LEREPUBLICAINLORRAIN

Montigny-lès-Metz, France

Le procès en appel de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-Les-Metz se déroule devant la cour d'assises de Versailles du 4 au 21 décembre 2018.  Il est jugé pour le meurtre de deux enfants de 8 ans, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, le 28 septembre 1986.

C'est la sixième fois que le crime de Montigny-les-Metz est examiné par une cour d'assises. Patrick Dils a été condamné par deux fois en 1989 et en 2001, avant d'être définitivement acquitté en 2002. Un quatrième procès a eu lieu en mars 2014, mais s'est arrêté au bout de deux jours. Lors du cinquième procès en 2017, Francis Heaulme a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Six procès pour les mêmes faits, c'est du jamais vu dans l'histoire judiciaire

Une affaire dans l’affaire : Patrick Dils

En septembre 1986, la Moselle sous le choc découvre l'image de deux enfants sauvagement assassinés alors qu'ils jouaient à quelques dizaines de mètres de chez eux, sur un talus de chemin de fer, à Montigny, dans la banlieue de Metz.

Nous sommes retournés sur les lieux du crime, avec Me Rondu, avocat de la famille Beckrich :

Des centaines de personnes sont interrogées. Deux personnes passent aux aveux avant de se rétracter. Sept mois après, Patrick Dils, 16 ans à l'époque, est arrêté. Il avoue, avant de se rétracter. En janvier 89, il est condamné au terme d'un procès express à la perpétuité. L'affaire est définitivement classée.

L’ombre de Francis Heaulme

Dix ans plus tard, un élément nouveau relance toute l'affaire. Francis Heaulme, le tueur en série, natif de Metz, travaillait à moins de 400 mètres du lieu du crime, à l'époque des faits. La révision est décidée. 

Affaire de Montigny-lès-Metz : les lieux du crime. - Visactu
Affaire de Montigny-lès-Metz : les lieux du crime. © Visactu

Un second procès a lieu à Reims, en 2001. Contre toute attente, Patrick Dils est condamné, à nouveau, à 25 ans de réclusion. Quelques jours à peine après le verdict, deux nouveaux témoins se font connaitre. Ils ont pris Francis Heaulme dans leur voiture, précisément ce jour-là. C'était à quelques centaines de mètres des lieux du crime. Un troisième procès a lieu en 2002 et Patrick Dils est alors acquitté à Lyon par la cour d'assise du Rhône. Un verdict sous les applaudissements d'une salle comble.

Un dossier qui s’enlise

Puis l'affaire piétine, s'enlise. En 2007, un non-lieu est même prononcé. En 2013, Francis Heaulme est finalement renvoyé devant les assises. Il est au centre du quatrième procès qui s'ouvre en 2014 devant la cour d'assises de la Moselle à Metz. A l'époque, le tueur en série, au parcours criminel bien fourni, a déjà été condamné à huit reprises pour des meurtres. Le premier remonte à 1984, dans un bois de Pont-à-Mousson, en Lorraine. 

En mars 2014, à la veille de l'ouverture du procès, deux nouveaux témoignages bousculent tout. Ils mettent en cause un certain Henri Leclaire. Un cheminot dit l'avoir vu avec un tee-shirt ensanglanté. Une clerc de notaire raconte une scène durant laquelle Leclaire lui a mimé ce qui ressemblait à une scène de crime. Le procès s'arrête au bout de deux jours, un nouveau supplément d'information est ordonné. Mais Henri Leclaire est finalement mis hors de cause.

La condamnation de Francis Heaulme

En 2017, le procès de Francis Heaulme devant la cour d'assises de la Moselle. Après trois semaines d'audience, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Pour les jurés, sa présence sur les lieux du crime est avérée. Durant le procès, les familles ont cru par instant que le tueur en série allait s'expliquer, mais il continue de nier.

Francis Heaulme fait appel. Il sera jugé pour la seconde fois par la cour d'assises de Versailles en décembre 2018.