Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Procès de l'accident mortel sur la VRU de Chambéry : de la prison ferme pour l'ancien logisticien

mercredi 5 décembre 2018 à 16:01 Par Sarah Gilmant, France Bleu Pays de Savoie

La cour d'appel de Chambéry l'a reconnu coupable. L'ancien logisticien de la société italienne de transport routier mis en cause dans l'accident mortel de la Voie Rapide Urbaine de Chambéry (Savoie) le 13 avril 2012 est condamné à deux ans de prison dont dix-huit avec sursis.

Photo d'illustration du palais de justice de Chambéry
Photo d'illustration du palais de justice de Chambéry © Maxppp - Maxppp

Chambéry, France

Relaxé il y a un an, l'ancien logisticien de la société de transport routier italienne Elis Tras SRL est reconnu coupable par la cour d'appel de Chambéry ce mercredi. Il est directement mis en cause dans l'accident mortel sur la Voie Rapide Urbaine (VRU) de Chambéry qui avait coûté la vie à quatre personnes dont une femme enceinte le 13 avril 2012.

Les freins d'un camion appartenant à la société de transport italienne avaient lâché sur la route. Le conducteur du camion, lui aussi condamné dans cette affaire, avait fauché plusieurs voitures.

L'ancien logisticien est condamné à deux ans de prison dont six mois ferme. La décision de la cour d'appel de Chambéry est accompagnée d'une interdiction d'exercer la profession de transporteur routier en France et d'une amende de 1.500 euros au titres des blessures involontaires. Le ministère public avait requis trois ans de prison dont dix-huit mois ferme contre l'ancien logisticien.