Faits divers – Justice

Procès de l'affaire Maxime Walter : deux ans d'interdiction d'exercer requis contre le chirurgien

Par Aude Raso, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mercredi 1 avril 2015 à 8:30

Le docteur Raphaël Moog
Le docteur Raphaël Moog © MAXPPP

Lors de la dernière journée du procès du docteur Raphaël Moog, poursuivi pour "homicide involontaire" suite à la mort de Maxime Walter en 2008, la substitut du procureur a requis 18 mois de prison avec sursis et une interdiction d'exercer la médecine pendant deux ans. En larmes, le chirurgien s'est adressé aux parents de Maxime Walter.

"Je suis désolé de ne pas avoir pu sauver Maxime" . Pour la toute première fois, le docteur Raphaël Moog s'est adressé directement aux parents de Maxime Walter lors du dernier jour de son procès devant le tribunal correctionnel de Strasbourg. Le chirurgien est poursuivi pour "homicide involontaire", soupçonné de négligences dans la prise en charge de Maxime Walter mort en septembre 2008.

"Je suis triste. Tous les jours j'y pense , a ajouté le docteur Moog dans un sanglot. Je suis désolé de ne pas être venu vous voir, j'aurais eu tellement de choses à vous dire. Malheureusement je ne peux pas revenir en arrière". C'est la première fois que le prévenu exprimait un regret à l'audience.

"Deux ans d'interdiction d'exercer, c'est la peine de mort !"

Quelques minutes plus tôt, le chirurgien craquait, en larmes, à l'énoncé des réquisitions de la substitut du procureur : 18 mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction d'exercer . Pour Morgane Robitaillie, le docteur Moog est arrivé trop tard à l'hôpital et est resté bloqué sur le choix de ne pas opérer l'adolescent : "Il a privé Maxime Walter de toute chance de survie . C'est une faute caractérisée" .

"Deux ans d'interdiction d'exercer, mais c'est la peine de mort !" s'est exclamé Maître Bernard Alexandre. Lors de sa plaidoirie, l'avocat du docteur Moog a demandé la relaxe , insistant sur le fait que le chirurgien n'aurait pas été correctement informé de l'état de gravité de Maxime Walter par le CHU de Hautepierre, alors qu'il était d'astreinte. "Il n'y a pas de responsabilité pénale" , a-t-il ajouté.

Le jugement a été mis en délibéré au 23 avril.

Premier jour du procès de l'affaire Walter : le chirurgien nie toute faute Deuxième jour du procès : les experts accablent le chirurgien Frise interactive : l'affaire Maxime Walter