Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès de l’anesthésiste d’Orthez : Helga Wauters choisit de garder le silence

Le procès de l’ancienne anesthésiste de la maternité d’Orthez s’est ouvert ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Pau. Helga Wauters, 51 ans, est poursuivie pour homicide involontaire six ans après la mort d’une patiente des suites d’une césarienne. Elle choisit de garder le silence.

Helga Wauters, à son arrivée au palais de justice de Pau.
Helga Wauters, à son arrivée au palais de justice de Pau. © Maxppp - Le Deodic David

« Je voudrais faire une déclaration. » Helga Wauters est appelée à la barre après la lecture des faits. L’anesthésiste belge, petite et flottant dans son pantalon gris foncé, est jugée jusqu’à vendredi soir devant le tribunal correctionnel de Pau. Six ans plus tôt, Xynthia Hawke, une Anglaise de 28 ans, mourait à la maternité d’Orthez des suites d’une césarienne. L’enquête montre qu’Helga Wauters n’a pas réalisé l’anesthésie correctement et n’a pas réagi aux complications. La médecin belge débute donc sa déclaration. « Je sais que vous attendez de moi des réponses. Pourtant, j’ai décidé de faire valoir mon droit au silence. » Le tribunal n’entendra peut-être plus l’anesthésiste jusqu’à la fin de son procès. 

J’ai pleinement conscience de ma responsabilité. 

"J'ai pleinement conscience de ma responsabilité. _Mon alcoolisme est vrai_. Je ne veux pas me faire passer pour une victime, mais on me fait porter tout le poids de ce drame alors que je ne suis pas la seule responsable. Et je considère que je ne mérite pas d’aller en prison. Vous attendez de moi des réponses mais j’en suis incapable."

Helga Wauters lit cette déclaration écrite sur un papier. Les cheveux courts et gris, elle bute sur certains mots. « J’ai du mal à m’exprimer. J’ai vécu ces six années comme un enfer. » Quelques minutes auparavant, le président a ouvert la séance en regrettant une instruction trop longue et un procès tardif, six ans après les faits. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess