Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès de l'attentat déjoué du Thalys : le principal accusé reconnaît les faits... avant de se rétracter

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Nord

Ce lundi, premier jour du procès de l'attentat déjoué du Thalys, le principal accusé, Ayoub El Khazzani, a reconnu les faits avant de se rétracter. En août 2015, il était monté armé d'une kalachnikov dans un train Amsterdam-Paris mais avait été maîtrisé par des passagers.

Le principal accusé du procès de l'attentat déjoué du Thalys a reconnu les faits.
Le principal accusé du procès de l'attentat déjoué du Thalys a reconnu les faits. © AFP - PHILIPPE HUGUEN / AFP

En ce premier jour du procès de l'attentat déjoué du Thalys, le principal accusé, Ayoub El Khazzani, a reconnu les faits ce lundi devant la cour d’assises spéciale de Paris, avant de se rétracter. L'homme de 31 ans, qui comparait pour tentative d'assassinat et association de malfaiteur terroriste, a changé de version en assurant qu'il ne visait que les soldats américains qui l'ont maîtrisé.

Le 21 août 2015, armé d'une kalachnikov et d'environ 300 minutions, il était monté en gare de Bruxelles dans un Thalys reliant Amsterdam à Paris. Mais avant de pouvoir commettre un massacre, il a été maîtrisé par des passagers. 

"C'était pour les soldats américains"

"Vous reconnaissez l'ensemble des faits ?", lui  demandé le président en début d'après-midi ce lundi. "Oui, l'ensemble", a alors répondu Ayoub El Khazzani. Mais deux heures plus tard, il a changé d'avis : "C'était pas pour massacrer, c'était pour les soldats américains", dit-il. Ce qui a provoqué l'agacement du magistrat : "Je vous ai posé trois fois la question", a souligné le président.

Un an et demi après les faits, l'accusé avait déjà avancé cette version, il avait assuré aux enquêteurs qu'Abdelhamid Abaaoud, tué par la police peu après le 13-Novembre, lui avait demandé de ne viser que les Américains, pas les civils. Un argument jugé peu sérieux, d'autant que la présence des Américains dans ce train était impossible à anticiper.

"Assez de munitions pour tuer 300 personnes"

Selon maître Thibault de Montbrial, qui représente les passagers américains qui se sont jetés sur l'assaillant, "il avait assez de munitions pour tuer 300 personnes". L'avocat estime qu'un "attentat de masse" a été évité.

Le procès doit se poursuivre jusqu'au 17 décembre. Le principal accusé risque la prison à perpétuité. Trois autres hommes comparaissent aux côtés du Marocain, dont les rôles précis restent à déterminer. 

Selon les informations de franceinfo, la cour d'assises a annulé la convocation de Clint Eastwood. Le réalisateur américain, qui avait fait un film sur cet attentat déjoué, n'a en effet pas donné suite à la convocation qui lui avait été envoyée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess