Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Procès de l'élu clermontois pour viol : six ans requis par l'avocate générale ce mardi soir

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

L'avocate générale a requis six années de prison à l'encontre de François Barrière ce mardi soir après deux jours de procès. L'avocat Jean-François Canis doit maintenant plaider la cause de l'accusé. Le verdict est attendu dans la nuit.

La cour d'appel de Riom
La cour d'appel de Riom © Radio France - Olivier Vidal

Riom, France

Florence Leroux-Ghristi a donc requis six années de prison à l'encontre de François Barrière avec suivi socio-judiciaire de quatre ans. Qualifiant de "très graves" les faits qui ont été commis. Le réquisitoire a duré 45 minutes.
La représentante du ministère public narre les faits de ce matin du 14 octobre 2015 avec minutie. Rappelant la détresse de la victime pendant et après l'acte qu'elle vient de subir. Les détails sont évoqués parfois avec insistance.
Pour la première fois de ce procès, la fin de cette épreuve approchant, la victime craque. Elle se met à pleurer sur son banc de partie civile. En face d'elle, François Barrière cherche du regard son avocat, lui plongé dans ses dossiers.
L'avocate générale démonte un à un les arguments de la défense utilisés pour expliquer les accusations de la victime. Elle évoque de nombreux éléments qui, pour elle, permettent de montrer la culpabilité de l'accusé. "Sa jalousie des autres partenaires, ses relations parfois compliquées avec les femmes, son sentiment de toute-puissance, le peu de crédit de sa parole selon plusieurs témoignages, la culpabilité est démontrée."
Sur la peine, "elle doit être significative, il doit passer par l'emprisonnement!"

L'avocat Charles Fribourg demande aux jurés de rendre sa dignité à la victime

Quelques minutes plus tôt, Charles Fribourg, avocat de la partie civile avait plaidé.
Il évoque très vite "des actes proches de la barbarie". Il exprime un malaise sur le traitement de la partie civile au cours de ces deux jours. "C'est particulièrement difficile pour une partie civile de revivre les faits". Il rappelle le profil de la victime. "Rien ne vous permet de douter de sa parole".  Sur les rapports sexuels entre la victime et son agresseur présumé, "il n'y a pas de rapports vifs et brutaux" insiste l'avocat clermontois. L'avocat reprend l'argumentaire de l'accusé : "on veut nuire à sa carrière politique ? mais quelle carrière ? Le psy a raison, il se prend pour ce qu'il n'est pas..." L'avocat évoque l'image de la femme, les rapports sexuels dès le premier soir qu'a pu avoir la victime avec différents partenaires," mais quelle misogynie !!!" s'insurge l'avocat. "Dirait-on la même chose si cela avait été un homme?"
Il rappelle les motifs des accusations selon la défense. "L'argent ? la carrière politique de Barrière? Grandiose ? C'est n'importe quoi !"

Après une demi-heure de plaidoirie acérée, l'avocat clermontois conclut : "rendez-lui à ma cliente sa dignité Mesdames et Messieurs les jurés!"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu