Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Procès de l’incendie du péage de Narbonne : prison ferme pour 21 des 31 prévenus

Un an après le saccage du péage de Narbonne sud en marge d’une manifestation des gilets jaunes, la justice condamne 21 des 31 prévenus à des peines de prison ferme. Le principal suspect écope de 5 ans de prison ferme avec mandat de dépôt.

Le péage de Narbonne sud incendié et pillé dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018 en marge d'une manifestation des gilets jaunes.
Le péage de Narbonne sud incendié et pillé dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018 en marge d'une manifestation des gilets jaunes. © Maxppp - LAURE MAMET

Narbonne, France

Un an après le saccage du péage de Narbonne sud, le jugement est tombé. Le tribunal correctionnel de Narbonne a condamné ce mardi 7 janvier 2020 à des peines de prison ferme 21 des 31 prévenus jugés pour le saccage du péage et des locaux du peloton de gendarmerie en marge d'une manifestation de "gilets jaunes" dans la nuit du 1er au 2 décembre 2018.

Cinq ans de prison avec mandat de dépôt

Le tribunal a assorti ces peines de deux mandats de dépôt, deux maintiens en détention et d'un mandat d'arrêt. Kevin, 29 ans, a écopé de la peine la plus lourde, soit cinq ans de prison ferme. Il est soupçonné d’avoir utilisé un engin fenwick pour précipiter une voiture en feu sur la barrière de péage. Il a nié les faits reprochés. Le tribunal a également prononcé une relaxe.

Scènes d’apocalypse

Le 17 décembre, le parquet avait demandé de la prison ferme pour 27 des 31 manifestants, dénonçant dans son réquisitoire "des scènes de chaos, de guérilla, d'apocalypse" commises par "une foule bête et brutale".

La procureure Marie-Agnès Joly, qui s'était défendue de vouloir faire "des réquisitions pour l'exemple", avait également requis onze mandats de dépôt et le maintien en détention de deux des prévenus.

La nuit du 1er au 2 décembre 2018, lors de l'acte 3 des "gilets jaunes", dans cette ville de l'Aude alors fortement mobilisée, environ 200 personnes, dont bon nombre étaient ivres ou sous l'emprise de stupéfiants, s'étaient retrouvées au niveau de la barrière de péage de Narbonne sud, qui avait été incendiée. Les locaux du peloton autoroutier de la gendarmerie et ceux de la société Vinci avaient été incendiés et pillés. Les dégâts avaient été chiffrés par Vinci Autoroute à 10 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu